Tarot du Graal, quelques mots

Je crois que ma meilleure surprise tarot du moment, et des 8 derniers mois (avec le Tarot of Vampyre), c’est le Tarot du Graal.

Je l’explore… et je n’ai jamais terminé. Soit, je n’en suis qu’au début diront certains, mais ça n’empêche pas que certains jeux révèlent immédiatement le contenu de leur essence, on peut les circonscrire après quelques temps. Là… je suis fascinée, il m’impressionne, par sa profondeur et peut-être surtout son efficacité. C’est drôle que ça ne soit pas les jeux qui me ressemblent qui soient aussi puissants dans les faits. Je les choisis par curiosité, ou pour certains moments très à part dans mon chemin ou ma pratique, comme des « annexes »… et finalement ils se révèlent cruciaux. De outils fondamentaux.

Le tarot de Matthews et de l’illustrateur est impressionnant : hyper pointu en fait ! La signification classique des lames est intégrée de façon très marquée, et pourtant, le binôme a ajouté tout une couche de signification gnostique / templière…. présent dans l’histoire racontée et dans l’illustration. Malgré tout, les lames se prêtent aussi à des lectures très intuitives.

A mon grand dam, cela confirme ma critique persistante de Lisa Hunt : ses jeux ne sont vraiment pas assez fouillés et profonds… car finalement, mon Ghosts and Spirits me plaît, et correspond à certains travaux avec mes guides, mais il reste sur le bord de la route côté utilisation et tirages. Incomparable avec la profondeur et la puissance de ces deux là. Autant au niveau des illustrations ça patauge, ça se répète (de jeu en jeu j’entends), mais aussi au niveau de la (ou l’absence de) profondeur de la structure tarot. C’est une artiste, mais franchement côté tarot je la trouve en retard… Elle s’est améliorée sur son dernier jeu, mais malgré tout, ça pèche par rapport à d’autres.