Féminitude – l’Arbre Renversé

Une nouvelle carte pour relancer un peu cette série. Merci de respecter ce travail.

« Lève ton oeil vers le ciel et contemple la voûte du cosmos. Observe les motifs parmi les étoiles, y vois-tu des signes ? La lumière perce depuis d’autres galaxies. Le monde supra-lunaire disaient les anciens… les Dieux sont censés s’y trouver, peut-être que de là-bas nous parviennent des fragments de vérité. Trouve ta propre poussière d’étoile, celle qui est tombée sur ton chemin pour te guider, mais aussi celle qui est en toi.

Regarde aussi où tu marches, prends garde à ne pas tomber. Étends tes bras, tes jambes, ressens chaque membre rattachés à ton corps. Les connais-tu bien ? Peux-tu sentir les muscles vivre et se contracter ? Sens-tu les articulations qui bougent, celles qui devraient être renforcées ? Arrives-tu à assouplir ton diaphragme ? Inspirer… expirer…. inspirer… expirer… Respires-tu à pleine capacité de tes poumons ? Es-tu détendu, en confiance ? Est-ce que tu sens tes pieds qui marchent sur la terre, dans ta chaussure, le contact avec la semelle, et le contact de la semelle avec le sol ? Est-ce qu’il t’arrive de conscientiser ta marche ? D’être heureux de pouvoir fouler la terre ? Essaie de marcher pieds nus pour resserrer les liens avec la Terre.

Est-ce que tu sens son battement ? Est-ce que tu sens qu’à l’intérieur Elle vit ? Sous tes pieds se trouvent tes racines. La gravité te porte, te fait tenir debout, et la terre aussi, te soutient. N’oublie pas qu’en tant qu’être humain tu possèdes aussi des racines invisibles. Que quand tu marches, ces racines sont d’autant plus actives, et que tu peux échanger avec la Terre. Quand tu doutes de toi, quand ton corps n’est pas équilibré, et quand ton regard perdu dans le ciel ne trouve pas les réponses, alors tu peux te tourner vers la Terre. Elle peut t’aider à retourner au centre de toi.

Notre place dans l’univers est en équilibre entre le Ciel et la Terre d’où nous venons. Avec au cœur de notre être un noyau de terre, et une poussière d’étoile. »

—–

Pour les prochains articles, j’essaierai de rajouter l’extrait du livret si cela peut intéresser.

Féminitude – Balance

Nouvelle méditation sur carte, tout est dans le titre. Merci d’en respecter la propriété.

Image ?? Petit souci avec la carte… je n’ai pas retrouvé mon fichier, et cette méditation remonte à loin. Je suppose qu’il s’agit de cette carte (que j’avais en plus grand et plus lisible) :

« Hésitation, sensation d’entre deux. L’envie de légèreté, d’être sans entrave, bientôt rattrapée par le poids des pierres qui pèsent sur l’âme. Au loin tu vois la lumière à atteindre, celle qui t’attire, mais tu sens sur ton épaule une ombre qui te guette. Que vois-tu si tu tournes la tête ? Nos peurs n’ont que la puissance qu’on leur donne. Plutôt que des les ignorer et de les nourrir, pourquoi ne pas les regarder simplement ? Elles sont ce qu’elles sont. Ne pouvons-nous pas les apaiser ? Les transmuter ? Nous avons besoin de cet équilibre réel, au quotidien, qui commence d’abord en soi. Es-tu prêt à commencer cette quête ? Assieds-toi et respire. Sens la division intérieure prendre forme dans ton corps, visualise-la en couleurs et en symboles. Vois-tu la balance qui te représente ? Ressens ta main gauche, puis ta main droite. Imagine que tu peux remplir la balance avec chaque main, pour tes forces et tes faiblesses. Peux-tu équilibrer la balance ? »

Féminitude – Liberté

Voici une nouvelle méditation sur carte du jeu Féminitude. Merci de respecter la propriété de mon travail.

« Tu es aveuglé par la lumière du soleil, et ses rayons percent ton univers encore trouble. Du fond de ta nébuleuse, tu aperçois un chemin qui mène à l’élévation. Les énergies vibrent et tourbillonnent autour de toi, tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre. Apprends à reconnaître leur nature pour réussir à y voguer. De la conscience peut venir la libération. Quel chemin souhaites-tu prendre ? Que vois-tu à l’horizon ? Il y a un feu qui t’habite, qui peut surgir comme un cheval lancé au galop pour rejoindre tes rêves si tu le souhaites. Il est là, juste à ta portée. Vas-tu saisir les rênes ? »