Une semaine de « révisions »

C’est le grand retour à la maison, posée, avec du temps, et avec ma bibliothèque, mes grimoires, bref toutes mes affaires à disposition. Je remarque que ça n’est pas évident de pratiquer le tarot en profondeur loin de la maison en fait. Je ne peux pas avoir tout ce que je souhaite sous la main, pour faire des comparaisons : avec le Rider Waite, avec les autres jeux du même auteur, avec d’autres thèmes, un petit bouquin, ou tout ce qui pourrait me venir.

Mais là c’était le cas, et après ce grand blanc j’ai voulu me remettre un peu à tirer. Pour moi, pour rien, pour le plaisir d’observer les cartes, mais comme toujours, après une longue période de coupure je suis « gênée », je me sens vidée de mes capacités, pleine de trac, comme si je n’allais plus y arriver. Certains jeux me parlent moins, certains livrets déçoivent, l’observation est tantôt très fructueuse, tantôt pas du tout… Alors, comme j’ai du mal à tirer pour moi, je me suis remise à la place à l’étude : prendre plusieurs jeux et regarder TOUTES les lames dans l’ordre, en regardant si possible le livret. Plusieurs y sont passés. Mon bilan de la semaine :

  • les « little white books » (petits livrets blancs) sont vraiment décevants pour la plupart. Je le savais déjà, mais là en voulant étudier ça devient flagrant. Tous les choix et symboles ne sont pas expliqués, les significations lambdas (tradi) ne sont pas complètes (elles pourraient l’être, tout en étant synthétiques), parfois les adaptations de la lame du jeu ne sont pas complètes non plus… Pfff. On oscille dans un flou artistique fatiguant je trouve.
  • Le livret du Joie de Vivre Tarot par exemple est très précis et concis finalement ! Plutôt bon ,en décrivant la lame et ses symboles, avec des mots clés qui se rattachent à la tradition.
  • Par opposition, le Paulina tarot lui est complètement insuffisant. Les lames sont fouillées, mais les symboles ni les « scènes » ou « paysages » pas expliqués, les significations beaucoup plus courtes que dans le JdV, pas complètes, ni complètement tradi / ni complètement sur les adaptations persos… pas très accessibles.
  • Le Livret du tarot du Hobbit est à la fois chouette et imprécis : c’est génial que l’auteur résume les scènes présentées, mais en fait il ne fait AUCUN lien avec la signification à en tirer, or parfois, c’est pas évident même quand on est intuitif. En dessous se trouve la « signification divinatoire », qui suit les significations classiques, mais ajoute à mon goût quelques éléments. Elle est bonne ainsi, mais on en voudrait plus, ou en tout cas que le complément à thème qui précède le soit. NB : il reprend aussi à certains passages mots pour mots des informations « classiques » tirées du livret du tarot précédent de l’auteur, sur le Seigneur des Anneaux
  • Le grand livre du tarot du Seigneur des anneaux est inégal. Plusieurs intros généralissimes à mon goût (sur la création de Tolkien), une partie sur les arcanes majeures fouillées, à la fois sur les thèmes persos (SdA) et sur les thèmes classiques (astrologies etc). Par contre, les mineures ont des pages mal construites, comme le livret du hobbit : la « signification divinatoire » ne contient qu’une ligne ou deux max, avec une allusion aux significations classiques mais ça n’est absolument pas complet (or il reste de l’espace blanc sur ces pages!) ; et les descriptions des lames adaptées ne sont pas rattachées à des problématiques d’analyse. Du coup, on comprend mal les mineures. Autre erreur révélatrice : le little white book fourni aussi avec les cartes dans le coffret ne reprend PAS les mêmes éléments synthétiques ! Parfois y a un mot ou deux de repris dans le livre, souvent, les informations de type traditionnel n’apparaissent juste pas dans le bouquin, et vous êtes obligés de regarder les deux en parallèle…

Parallèlement, j’ai eu aussi beaucoup de plaisir à me replonger dans mes fiches sur les tirages, leur disposition, comment choisir, lesquels me parlent le plus, lesquels pourraient m’être utiles au quotidien…. et je me suis remise à en créer également, adapter des tirages existants etc. J’ai adopté une nouvelle technique aussi à partir des « posters » que l’on trouve dans certains jeux : j’ai dessiné des tirages en grand format sur des feuilles A3, à utiliser comme « dessous » lors des tirages en live (j’allais dire avec les « clients » lol, ça ressemble à « consultants »). Notamment plusieurs tirages en cercle, dont un tout neuf de ma conception. J’ai un gros tirage annuel à faire pour une amie d’ici 15 jours, et cela me stressait beaucoup je voulais me replonger dans le bain. En étudiant les énergies des jeux j’ai pu lui proposer un qui correspond exactement à ce qu’elle souhaite, et j’ai donc adapté un fameux tirage en cercle pour elle.

Je suis un peu détachée de tout, et l’étude ne me permet vraiment pas d’aller en profondeur dans les cartes. C’est une étude intellectuelle qui ne me parle pas du tout, je me rends compte à quel point j’apprends seulement / le plus en tirage, car là je libère les possibilités. J’avais ainsi un peu peur pour la suite, car je n’avais pas vraiment tiré pour moi et renoué avec mes cartes, mais j’ai été rassurée aujour’hui par un autre tirage pour une amie, avec deux jeux, qui s’est avéré complètement fructueux, et a permis de me montrer qu’en situation je peux « lire » des signes autres qui n’ont rien à voir avec les livrets et sont les éléments déterminants pour les lectures. Comme le vélo ? Peut-être. En tout cas c’est toujours aussi passionnant. ^^