Lecture moderne du mythe de Gilgamesh

Voici une relecture moderne des mythes des Gilgamesh par Kenaz Filan. En anglais, je sais, désolée ! Mais que voulez-vous, les anglophones sont tellement plus prolixes.

http://kenazfilan.blogspot.com/2011/11/from-started-but-never-completed-file.html

http://kenazfilan.blogspot.com/2011/11/gilgamesh-ii-gilgamesh-and-enkidu-meet.html

http://kenazfilan.blogspot.com/2011/11/gilgamesh-iii-death-of-enkidu.html

http://kenazfilan.blogspot.com/2011/11/gilgamesh-iv-gilgamesh-at-end-of-world.html

Publicités

Ressources sur la paganisme du Moyen Orient

Pour commencer, voici le blog d’un praticien dont je ne saurais traduire le nom en français (Cananéen ?), en tout cas le terme qui semble être approprié est : « Natib Qadish« . Voilà de quoi faire revivre la tradition de l’Orient ! Voir cet exemple de rituel à suivre avec lui sur son blog.

Il est l’auteur de deux livres sur cette tradition moderne reconstruite :

Whisper of Stone : Natib Qadish, A Modern Canaanite Religion

Anointed, A Devotional Anthology

Si par hasard quelqu’un connaît ces livres et a des reviews à nous faire parvenir, ça serait super.

 

Ereshkigal, un nom venu des étoiles

Un nom qui résonne dans l’infini du ventre de la Terre. Merci à Cilou pour ces informations.

Voici la graphie du nom d’Ereshkigal et son sens :

Le premier glyphe c’est « dingir » qui veut dire divinité,étoile, on le met toujours devant le nom des dieux. Les deux glyphes suivants forment « nin » qui signifie « dame, maîtresse, princesse, reine… » en emesal il se prononce « eresh », l’avant dernier glyphe c’est « ki », le lieu, la place, la terre et le dernier c’est « gal » qui veut dire grand. Ereshkigal : « la maîtresse de la grande terre »

J’ai oublié de dire que le premier glyphe signifie aussi « ciel ». On l’utilise pour désigner une étoile, un dieu, ou pour ciel dans ce cas, il se prononce « An »

Pour d’autres informations sur cette Déesse, je vous invite à rejoindre le blog d’Eilean, elle y a consacré une catégorie (qui se remplira encore j’espère).