Et la roue tourne… Equinoxe

La saison humide revient, et je sens ce ruissellement spirituel qui caractérise cette partie de l’année. Impossible à définir, à dépeindre, à expliquer. Mais je vois depuis assez longtemps l’équinoxe d’automne comme une sorte de rivière souterraine. C’est la sensation que ça me procure à ce moment-là de l’année. Et on n’y a pas coupé. Quelque chose qui court, qui produit un espace de transition, et qui emporte des choses avec lui.

A cette période je passe souvent mes caps. Et j’en avais déjà parlé l’année dernière, de pourquoi cette date est importante pour moi. Et j’avais raconté ce que j’y avais fait. Ca me paraît loin, j’ai dû faire un effort pour m’en souvenir ; nécessairement après tout ce qui est arrivé. Si je me rappelle bien de l’ouverture de la roue, ce qu’il y avait juste avant était comme derrière un fossé. Quoiqu’il en soit, je suis contente car je n’ai pas fini l’année seule. Plus le temps passe et plus je ressens une double dimension émerger. Pour des tas de raisons et de pratiques, la majorité de mes activités se fait encore en solitaire, c’est comme ça que ça fonctionne. Mes divers projets, objectifs, et travaux spirituels. Mais j’ai réellement besoin aussi de me réunir avec d’autres pour passer certains caps, j’y ai pris goût, à cette dynamique de groupe, et au sens fort du « relier » de notre religion. Car pour moi c’en est une. Une culture et une religion.

Des visages connus sur un quai de gare. Les habitués. Je ne suis venue que deux fois mais il y a une telle ambiance dans ce groupe, une forme d’osmose, que je m’y coule comme je peux. C’est fluide,  étonnant. Par ailleurs, on sent que quelque chose change, que c’est en recomposition. Des membres qui vont et viennent, et un noyau dur éclaté entre plusieurs groupes. Mais ce jour-là, pour la dernière  célébration, les personnes qui sont présentes font sens. Ca me semble bien convenir aux énergies du moment. Des choses qui se cristallisent doucement, mais qui ont été fluides.

Nouvelle structure rituelle. J’ai du mal avec le changement de mes habitudes, j’ai besoin d’un minimum de repère, mais on fera avec. J’aime découvrir et expérimenter. Je suis* le leader (*du verbe suivre). Et à ma grande surprise, lors des explications je soupçonne des trouvailles inspirées, et au plein coeur du rituel, je ressens clairement une forme d’alignement avec des « gestes » ancestraux ; c’est très difficile à décrire, mais très puissant. Je ne sais pas comment je pourrais me passer de ces moments de rituels de nuit dans les bois autour d’un feu. Les sensations que ça procure à l’intérieur de soi sont incomparables, et pour la mise en place de rituels aussi. Les lieux vibrent, on se met au diapason. Il y a des murmures, des sifflements, des grognements, des chants, des percussions ; on marche, on saute… Et on se tait aussi beaucoup. La qualité du silence rituel est extraordinaire à expérimenter. Chacun s’immerge, s’imbibe… Des gestes discrets alternent avec les chants, les incantations.

Et puis comme souvent, le rituel monte, les gens prennent leurs aises, et on obtient des effets très intéressants sur chacun. Des énergies qui se modulent, ; des chants lâchés, libres ; des petits sauts qui se transforment en danse. Une forme d’énergie commune, qui tient à la fois de la période, du lieu, et de l’événement, qui produit un courant qui se transmet de l’un à l’autre, repris, transformé, communiqué, dans une fluidité remarquable. « Osmose ». Le mot me revient beaucoup à la bouche depuis la célébration. La beauté d’entendre des invocations, des incantations, pour inviter les Esprits et les Dieux à prendre leurs dûs. La possibilité vivante de se voir refuser… Silence vibrant après la fin d’un écho, réverbérations entre les arbres. Et tout le groupe debout, amassé, côte à côte, tous immobiles, dans l’attente. Percutant.

Ensuite, le repas est convivial et égal à la joie de vivre du groupe, avec la soirée qui suit le même rythme parallèle à celui du rituel :  ça monte en intensité et en débordements. D’autres chants montent, dans plusieurs langues, dans plusieurs tonalités. D’autres invocations. Etonnant moment avec des personnes issues de lieux et de groupes différents rassemblées à ce moment-là, ce soir-là, dans le même but. Y compris pour réaffirmer leur lien avec l’une des personnes présentes, qui marque nos vies. Bien que pris par surprise, chacun à sa façon, chacun pour ses raisons, tous acceptent de se mouiller.

Photo foireuse des braises incroyables d’une de ces fins de soirée,
en pleine nuit, histoire d’illustrer, parce que je remarque
que je n’ai jamais pris de photos jusqu’ici.

 

Et finalement une nuit sur place pour certains des habitués, dans une forêt bien animée après une telle soirée. Se lever sur les lieux après une nuit de rituel. Se rendre compte que les différents lieux où ont été sacrifié les offrandes sont transfigurés énergétiquement après la nuit ; la marque claire du passage des Esprits et des Dieux qui sont venus festoyer après nous. Percevoir, malgré des modifications récentes, la puissance qui se dégage de la nouvelle enceinte sacrée, et des piliers. Rallumer un foyer, s’y rassembler en silence, et partager la nourriture et la boisson, alors que l’humidité complètement dissipée la veille est montée puissamment du sol au petit matin. Moment de communion encore. Comment s’en passait-on jusqu’ici ? Il convoque en moi de nombreuses images et plusieurs souvenirs mélangés. Parfois des bons, parfois des mauvais. Ce qui a pu y ressembler autrefois, et les occasions pour lesquelles cela a manqué. Ca fait sens. Notre présence ici, nos liens, le rituel. Je me sens vivante et ramassée sur moi-même, à l’essentiel. L’idée de quitter la forêt me coûte, mais on n’y pense pas tant que nous ne nous sommes pas mis en route. On rassemble les affaires efficacement, on trie, et on avance. Toujours concentrés sur nos objectifs.

C’est lorsque nous sommes sur le sentier qui s’éloigne, que le jour bat son plein alors qu’il faisait si sombre dans le forêt, et que l’humidité n’est plus, que la chaleur est là, que je réalise. La rupture à la fois progressive et brutale pour le corps, la peau, qui enregistre tout un tas de signaux, et rappelle ainsi à l’esprit que ça y est, c’est fini. Pincement au coeur de devoir quitter ce foyer qui résonne ; vertige en revenant vers cette ville dont les énergies stagnantes sont encore plus visibles après ces dernières heures (note: une autre preuve aussi, s’il en faut, que ce sont les vibrations des gens qui font les villes, en partie, et que lorsque les gens qui composent une ville sont « en bon état », ça vibre mieux). Revenir est toujours difficile, mais il le faut bien.  Je me console à la pensée que les Esprits et les Dieux sont partout, et que j’ai mes propres sanctuaires à entretenir, et que là-bas aussi je peux y inscrire leur marque. Aussi, que la relation organique et juste d’osmose avec la Terre peut être maintenue partout ; c’est une quête perpétuelle pour laquelle j’ai prêté serment.

Nos chemins se séparent pour l’instant, et je ne sais jamais quand et s’ils se recroiseront, mais je l’espère. Depuis, je suis toujours baignée de l’énergie de ce moment, je ne reflue pas encore. Un équinoxe bien puissant cette année, qui me transporte. Alors quant à penser à la clôture de cette roue, et à la nouvelle année, non, ça sera pour plus tard.

Un résumé du travail des 6 derniers mois

Je ne pensais pas réussir à poster quoique ce soit à ce sujet, mais quand il a fallu que je m’attelle à publier un bilan pour l’anniversaire de l’Antre de Morrigan (4 ans), je me suis mise à évoquer le travail avec la Terre que j’ai fait au cours de ces 6 derniers mois. Je ne vais pas le poster en double, simplement l’introduire et renvoyer vers la page, mais il me semblait que ça mériterait peut-être d’être lié ici étant donné qu’il parle de mon travail polythéiste et païen, que je voulais essayer de remettre un peu en avant ici (avec beaucoup de mal lol). Il complète pas mal l’article précédemment publié qui parlait de mon été.

Voici donc, suivez le lien!

Oberourien ar speredoù : travailler avec les Esprits

Parce que l’été fut intense et que nous sommes en forme ! Même si vous n’adhérez pas à tout, précipitez-vous sur cet article franc qui parle de la pratique avec les Esprits. Je suis toujours sidérée du courage qu’il faut pour écrire ce genre d’articles qui nous manque dans le milieu français (en imaginant que je ne suis pas la seule qui est intéressée par des lectures sur ce sujet). Moi-même je n’arrive plus à vous écrire grand chose d’autre que des sujets sur les cartes (et plus rien du tout depuis peu), mais je me reconnais bien là.

L e    C a i r n

Les Spirit Workers du XXIe en mode commando. Ah bon, ce n’est pas ça ? Les Spirit Workers du XXIe en mode commando. Ah bon, ce n’est pas ça ?

Ces dernières années, le fait de travailler avec les Esprits est devenu, sinon plus populaire, du moins nettement plus flagrant et exprimé, alors que c’était auparavant une pratique beaucoup plus silencieuse, et qui ne possédait pas nécessairement d’étiquette spécifique pour la qualifier. Avec l’influence grandissante d’un certain nombre de blogs anglo-saxons, le terme de « spirit-working » (travail avec les Esprits) est devenu courant, y compris dans le monde francophone.
Un soir d’août, pendant une sympathique discussion en bonne compagnie, pour rire, nous avons cherché une alternative à la dénomination anglaise de « spirit-worker » (parce que merde à l’hégémonie des ricains), et comme deux d’entre nous parlaient breton, les termes ont été cherchés dans cette langue. Littéralement, « oberourien ar speredoù » désignent les « ouvriers des Esprits ». Dans La légende de la Mort, Anatole Le Braz mentionne que l’Ankou est…

View original post 1 492 mots de plus