Renouer avec ses Ancêtres au 1er Novembre

Faire une divination soi-même, ou la faire faire par autrui, pour obtenir un message de ses ancêtres est une chose tout à fait appréciable qui peut vous apporter des réponses au moment de cette fête sacrée. Néanmoins, je crois qu’il sera évident à tous que le mieux reste encore de faire les choses par vous-même et de prendre le temps, réellement.

La pratique avec ses ancêtres devient à la fois « à la mode », et regardée un peu d’un mauvais oeil. Il y a beaucoup de clichés sur ce domaine, et beaucoup de peurs liées à l’ignorance. Personne ne force personne, personne n’est dans votre vie et ne peut savoir ce que vous avez vécu. Le choix vous appartient, et vous allez à votre rythme. Si cette pratique sonne aussi creux pour vous que la dernière série télé à la mode, effectivement, peut-être qu’il vaut mieux laisser tomber. Mais finalement, si vous avez des appréhensions et des peurs, peut-être que le mieux est de ne pas les cacher sous le tapis et de les laisser macérer dans un coin. Si vous ne pratiquez et n’honorer pas vos ancêtres régulièrement dans votre tradition et pratique, peut-être que le 1er Novembre peut être un rendez-vous adéquat pour faire ce « travail sombre » (shadow work, autrement dit travail sur tout ce que nous refoulons). Et les réponses à venir seront plus faciles à « entendre ».

Hier soir, la Porte m’était étrangement fermée, et depuis quelques jours, je trouve qu’une énergie très plombante régnait et engluait toute notre volonté et notre motivation. J’avais commencé à écrire un article ici, et puis il a tourné complètement court et a été déplacé dans un endroit fermé car il était entièrement déprimant. J’étais dans un état entre deux un peu étrange, et de vieilles peurs sont ressorties de nulle part en prenant toute la place. Or, ce matin, une fois sortie de l’emprise du sommeil et de la nuit, progressivement… ça y est. Le déclic est venu, le seuil est passé, et je me retrouve dans mon état normal et dans un état de recueillement propre au mois de novembre pour moi tous les ans, qui ferme mon chakra de la gorge et m’appelle à me retirer loin du Net. Et bien que cela ne se passe pas toujours comme ça, la décantation s’est faite d’un seul coup et j’avais l’esprit clair. Depuis ce midi, je suis passée en mode automatique où les gestes ne sont pas réfléchis mais effectués et ensuite seulement on se rend compte. Tout va très vite, tout est soudain et limpide.

Il m’a semblé alors qu’il était important que je confronte directement les peurs qui se sont exprimées hier, bien qu’aujourd’hui elles aient complètement disparu. Elles ne pouvaient pas sortir de nulle part, et le jour est plus qu’approprié pour demander aux ancêtres leur avis et leur aide. Et je me suis donc mise à écrire cet article pour partager cette idée qui est tout à fait répandue et basique, mais qui aura ici vraiment un but de « guérison » et de travail sur nos ombres.

Le principe

L’idée est d’écrire à nos ancêtres ce qui nous tracasse dans une lettre. Les ancêtres directs avec qui nous avons eu des soucis, mais aussi les plus anciens, et ceux que nous ne connaissons pas du tout. Globalement :

  • verbaliser ce qui ne va pas et de demander conseil ;
  • demander si l’un de nos ancêtres, même éloigné, veut bien s’avancer et faire le lien avec le présent, nous aider sur notre route (les fameuses Disir, ou d’autres mêmes) ;
  • demander à recevoir un message dans la semaine qui vient (le mois?) pour savoir comment réparer nos blessures de jeunesse, comment gérer le rapport à nos ancêtres s’il était conflictuel ;

Tout comme les gens qui ont été agressé dans la rue peuvent rendre visite à leur agresseur en prison et le confronter pour lui dire comment ils se sentent, si un ancêtre nous a causé du tort involontairement, si nous nous sommes sentis lésés, nous pouvons l’exprimer après coup. Nota :  Si vous avez eu des grands-parents ou autres très violents, c’est un cas un peu à part qui mérite de longues discussions, donc si vous avez une trouille bleue ou êtes très mal à l’aise, ne vous lancez pas. Il faudrait que vous puissiez éclaircir votre situation avec quelqu’un d’autre (un ami qui a recherché la question, ou simplement qui pratique, ou dans l’idéal un « ancestor worker » ou un « death worker », les gens dont travailler avec les ancêtres et les morts est la spécialité).

Si vous avez manqué d’amour et que vos ancêtres ne vous ont pas tellement prêté attention, si vous ne les avez jamais connus, si vous vous sentez perdu, que vous ne savez pas par où commencer… Demandez-leur. Exprimez vos ressentis et priez, demandez-leur, s’ils le veulent bien, de vous guider, de vous envoyez une réponse / un signe que vous serez en mesure de comprendre, pour savoir si l’un d’eux veut bien intercéder. Demandez-leur quelle est votre place dans cette famille, lignée, demandez-leur ce que veut dire la notion de famille, de lignée et d’ancêtres si pour vous c’est abstrait. Exprimez. Questionnez. Soyez ouverts, et prêtez bien attention dans les jours à venir, cela peut venir sous n’importe quelle forme : votre père ou votre mère qui va vous raconter un souvenir dont vous n’avez encore jamais entendu parler, un souvenir de votre propre enfance qui avait été complètement oublié jusqu’ici, une « madeleine de Proust », c’est à dire une odeur ou un goût inoubliable venu de l’enfance, une idée, un symbole, … etc.

Il est évident que l’envoi de cette lettre peut être hautement ritualisé. Parchemin et calligraphie, encre magique, sceau, symboles, bougies, ouvrir un cercle, faire une libation (offrande liquide) ou un offrande de nourriture, laissez une veilleuse plusieurs jours, utiliser les codes couleurs de bougies, encens et autres. Elle peut être offerte après un repas rituel et/ou symbolique. Le midi ou le soir. Bref, c’est infini. Tout ce qui vous plaira, vous mettra à l’aise, vous rappellera un bon souvenir, sera juste. Ensuite la lettre peut être enterrée, brûlée, ou scellée et laissée sur un autel, une table de nuit, un livre fétiche… Tout vous appartient.

Un autre article plus général sur la pratique avec les ancêtres arrive d’ici deux semaines. J’y joindrai une bibliographie.

Publicités

2 réflexions sur “Renouer avec ses Ancêtres au 1er Novembre

  1. Laouenan dit :

    Cet article tombe à point nommé pour moi, chère sœur… On en reparle en PV bientôt. Des bises.

  2. Aegiale dit :

    Piste intéressante que cette lettre… je me garde l’idée sous le coude, pour plus tard… pour le moment, même si je sens des choses se dessiner dans ce sens pour moi, je temporise à cause de l’effet « mode » que je ressens autour du travail avec les ancêtres : je veux être sûre que c’est bien là que mes pas me portent et que je n’explore pas cette piste parce que « tout le monde en parle » (pour faire court).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s