Equinoxe d’automne, plonger dans le chaudron…

Ah « Mabon », ce doux Mabon… je ne l’appelle plus ainsi, j’ai perdu mes repères depuis que je ne suis plus païenne ni celtisante, mais « multi-confessionnelle », polythéiste et sur le voie chamanique…. Entre le Nord, les Grecs, les Celtes…. différentes cultures, différents noms, c’est assez peu pratique et perturbant. Du coup j’ai laissé tomber les noms depuis plusieurs années maintenant. L’équinoxe est l’équinoxe, un mot en soi qui en dit assez, et qui parle aussi aux proches qui ne sont pas dans le milieu. J’ai toujours une pincée au coeur pour le temps où je croyais que tout était clair dans ma tête, et où je chantonnais gaiement des airs sur le mot Mabon, et où j’écrivais de sacrées oraisons qui m’étonnent encore ! Oo Mais bref. L’heure est au bilan et à la méditation.

Avertissement : article bordélique et labyrinthique T_T

Déambulations mentales et historiques

Je me suis rendue compte qu’il y avait en moi une urgence ces derniers jours. Entre la pleine lune extra forte qui m’a rendue malade pendant 3 jours…. et le cumul des énergies de l’équinoxe, à l’intérieur c’est un bazar incommensurable. J’ai mené ma barque habillement, j’ai bossé comme une folle malgré, je me suis forcée à ne pas me bourrer de cachets pour mes différentes douleurs… j’ai été d’une humeur pas géniale (^^’) mais je m’en suis sortie. En fait, cette plongée dans la noirceur, ce n’était pas tout à fait innocent…. l’avancée à grands pas vers quelque chose  que je devais inconsciemment refuser. Et je m’en suis rendue compte seulement aujourd’hui, cette après-midi, sous la douche, quand je me suis purifiée et que j’ai commencé à méditer sur « Mabon ». Qu’est-ce que l’Equinoxe d’automne ? Quelle est sa particularité ? J’ai eu un grand vertige, et une pincée de nostalgie, en me rendant compte que je ne pouvais pas me rappeler quand était le dernier festival sacré que j’avais fêté (si on excepte mon séjour intensif en Bretagne cet été). Non, dans ma pratique solitaire, je n’ai plus de cadre depuis longtemps. Les repas de fêtes, les promenades sacrées en forêt, les planifications, les oraisons, les rituels, oula, non, depuis des lustres ça n’existe plus dans mon paysage. Et régulièrement je me suis demandée pourquoi. Malheureusement la raison n’est pas simple, et j’ai peur d’être trop longue et trop confuse, mais essayons de faire bref.

Déjà il a fallu vite évacuer la culpabilité inutile, l’histoire des obligations et des normes. Check. Ensuite, je me suis rendue compte finalement que j’avais eu à la fois une vie personnelle et « professionnelle » tellement dégueulasse que bon… maintenant un cadre strict alors que je ne le suis pas, dur dur. Mais surtout, ma barque spirituelle a tangué comme jamais, et traversé des contrées inexplorées ! Changements constants entre des panthéons différents, bien vécus même si certains s’en étonnent toujours, mais qui ne sont pas propices à célébrer tout le monde (concordances des calendriers, des dates, des couleurs, des symboles et cultures etc etc). Et puis une nuit noire de l’âme au milieu. Et puis les initiations diverses et plutôt pas glops derrière. Être encore là, avoir une foi plus forte, avoir « progressé », c’est sans prix. Mais si je m’étais accrochée pour avoir un cadre, ça aurait fait plus de mal que de bien, et ça n’aurait pas tenu. N’aurait-ce pas été un peu futile finalement de s’y accrocher, plutôt que de chercher la voie vers le centre et de me trouver ? Bon…. j’ai dit que je faisais court, dernière idée. Double ahah. Ma spécificité est que je sens. a) Depuis tout ce temps, je n’ai pas arrêté complètement de réfléchir au Temps Sacré, mais je n’ai pas « acté » la chose à proprement parlé. Je l’ai peut-être déjà évoqué ici, ou pas, peut-être plutôt sur quelques forums, je ne sais plus…. (journée mondiale d’Alzeihmer bonsoir) En tout cas, j’ai toujours eu une pratique très « dématérialisée ». Très peu d’outils, et surtout très peu de « pratique » au sens traditionnel et rituellique. J’en vois l’utilité, et bizarrement quand j’ai commencé à explorer le paganisme j’en ai fait, mais j’ai vite cessé. Bref, c’est pareil pour la Roue Sacrée du Temps, je me suis mise à observer de loin, et à ressentir les choses. Et ça me suffisait pas trop mal, même si essentiellement le problème de fond c’était le manque de temps et de « focus » étant donné l’ouragan puissance 1000 qui décapait ma vie, hum. b) suite à plusieurs expériences très intenses en fin d’été, et quelques discussions avec les copains, je me suis rendue compte effectivement que je pouvais sentir mes propres protections. Je sens trop. Je pensais plutôt sentir moins que la moyenne, mais en fait c’est une parade inconsciente pour rendre les choses indolores et les mettre en arrière plan, mais si j’y prête attention, je peux sentir comme des vibrations parasites ou un bruit « de neige » (cf sur nos vieilles TV). Sans pour autant le décrypter, mais je me rends compte qu’en fait c’est là, mais que je suis blindée pour pas être submergée.

Pourquoi cette dernière précision ? Parce qu’aujourd’hui, seulement aujourd’hui, j’ai réalisé alors qu’il était également très difficile pour moi de sentir proprement les énergies des festivals sacrés… parce que je sens trop de choses. Comment me concentrer sur l’Equinoxe, quand mes hormones foutent le boxon, quand la maladie pointe peut-être son nez, quand la pleine lune s’en mêle, quand dans ma vie personnelle je traverse un deuil, quand je suis traversée par des flux créatifs, quand je suis aussi à l’écoute de certains guides, quand il y a de grosses configurations planétaires, quand…… Ouais, on s’arrête là, vous avez compris. D’ailleurs, je crois que cela avait été évoqué sur d’autres blogs, mais étant donné que les saisons sont devenues super irrégulières et méconnaissables, je trouve que leurs énergies aussi (c’est comme ça que je me connecte moi, pas seulement en observant). Donc comment reconnaître une fête sacrée qui a changé de visage ? Comment faire lien entre ce que l’on voit, ce que l’on sent, et le problème des dates ? Et puis en ajoutant tous les autres facteurs, hop là…. beau cocktail. Du coup les « sabbats » / festivals, ça devient un peu le parcours du combattant.

Mais l’autre déclic du jour, c’est que si concrètement je ne pouvais pas faire autrement jusqu’ici, aujourd’hui j’ai beaucoup médité sur le sujet, et que je suis intéressée pour revenir à tout ça. Peut-être qu’après la tambouille informe, comme entre temps je me suis trouvée, maintenant je peux revenir à un cadre. J’aurais le même souci du multiple chemin, mais aujourd’hui j’ai plus de confiance et d’assurance et de souplesse / créativité. Moins de prise de tête. Or, justement quand on est polythéiste « complet » (hard), fusionner ses pratiques dans un cadre me paraît impossible. Jusqu’ici j’avais switché, ce soir il m’apparaît une nouvelle possibilité, qui fait étrangement écho à mes débuts ! Peut-être que, à nouveau, me fixer les équinoxes (mes fêtes préférées), et éventuellement les grandes fêtes sacrées, pour célébrer, au sens de vraiment renouer avec la recherche et la pratique rituelle au sens propre, ça serait chouette. Le seul cadre qui serait possible pour moi. Réécrire des oraisons, des prières, des méditations (j’ai des mots qui me sont venus en chemin tout à l’heure alors…) Rouvrir un cercle pour y méditer / pratiquer / honorer, pourquoi pas ? Grâce à quelques amis de confiance avec qui j’ai pu pratiquer en toute sécurité émotionnelle, je reprends goût au rite, comme mise en acte des symboles, et comme facilitateur des étapes spirituelles. Le rite c’est juste efficace. Mais est-ce que je m’égare encore trop ?

Ce soir précisément

J’aurais voulu partager plus sur mes réflexions actuelles, j’étais même à deux doigts d’essayer d’écrire ma première méditation depuis TREEEEEESSSS longtemps tout à l’heure, mais finalement je me suis desséchée. Je voulais aussi vous parler de Morrigan et relancer un peu le sanctuaire. Je voulais dessiner…. Ouais je voulais beaucoup de choses. Mais c’est trop tôt, je suis trop confuse, encore dans ce tourbillon qui a commencé jeudi dernier. Je me contenterai de quelques mots :

L’équinoxe d’automne j’en suis amoureuse. Son humidité, son vent qui commence à se fraîchir, sa brume (on la sent même quand elle n’est pas encore là), sa lumière perçante mais teintée d’un noir d’encre sous-jacent, ses feuilles molles voire déjà mortes, les bogues, les noisettes, les écorces qui craquent, les pavés luisants… L’équinoxe m’a fait mal cette année, parce qu’il creuse les sillons de plaies pas si anciennes, et qu’il révèle de nouveaux deuils à faire, et surtout, une nouvelle étape de transformation…. Et comme avec la Tour (l’arcane), si vous vous retenez avec les ongles pour éviter de tomber, ça dure 3 fois plus longtemps et ça fait 3 fois plus mal. Donc tout à l’heure, sous la douche, en me purifiant, j’essaie de me  libérer de mon innocence, et d’accueillir à moi l’énergie de transformation, en répétant comme des mantras « j’ai compris, j’ai compris ». Oui je dois me transformer, j’accepte, je fais le premier pas. Et je visualisais alors tantôt un grand chaudron dans lequel me plonger, tantôt un lac sombre dans lequel je suis déjà morte plusieurs fois…

Car « Mabon », contre toute attente, et je n’avais pas osé le verbaliser jusqu’ici et je ne savais pas pourquoi, c’est un peu comme mon anniversaire. C’est étrange, mais dans mes tripes je le ressens comme ça, une sorte de pendant de l’équinoxe de printemps (qui est mon anniversaire « officiel »). Et finalement…. c’est vrai. A Mabon 2008, je devenais croyante, polythéiste. A Mabon 2009, ma première célébration de groupe, et ma rencontre dans la caverne avec Morrigan. A Mabon 2010, Celle-ci me passe « commande », prise d’assaut un soir sans comprendre je crée l’Antre de Morrigan sous sa dictée. Mabon 2011…. début de ma nuit noire de l’âme et début de ma maladie « longue durée »…. Mabon 2012, mi-étape d’une initiation, pèlerinage au Québec et renaissance… Mabon 2013…. nouvelle renaissance en route, et pas des moindres. Un anniversaire spirituel ?

La seule chose qu’il me reste la force de proposer pour ce soir, ça sera un tirage gratuit de Mabon pour la première personne qui le désirera (par commentaire). Je souhaite essayer le Tyldwick sur quelqu’un d’autre que moi, pour avoir une petite idée de ce que cela peut donner. Le tirage sera précisément sur le thème de Mabon.

Et la dernière chose sur laquelle je n’arrive pas à mettre des mots, mais qui donne une idée de ma transformation, ça sera « Sur le Seuil » :

Il y a encore du travail à fournir, des photographies, des jeux à rentrer, des tirages d’exemple à proposer… Et puis d’autres offres, car finalement tout fait sens et tout se rassemble, tout fusionne, quand mon être se centre. Ensuite, le site aussi, est en route, mais demande beaucoup de travail et je souhaite faire appel à un professionnel. Plein de choses à peaufiner, mais j’ai entendu les murmures souffler, et comme je rédigeais l’article et que je me rendais compte de cette date clé… il fallait que je me lance, quitte à n’avoir pas de mots.

Aller, on respire un grand coup et on plonge dans le chaudron de transformation…

Publicités

7 réflexions sur “Equinoxe d’automne, plonger dans le chaudron…

  1. Yavanna dit :

    L’équinoxe prépare le passage de Samonios en dépouillant tout ce qui est « mort » et dont on a plus besoin. Ce qui reste et qui nous accompagnera dans la roue à venir n’en est que plus « brillant » et clair !
    Moi je veux bien un tirage, si personne n’a encore fait signe…

  2. Aegiale dit :

    Pfiou, ça foisonne, bouillonne… mais bizarrement (ou pas), c’est aussi très inspirant… (bon, tant pis, chuis pas la première à commenter)

  3. Brume Follet dit :

    Mabon est la seule fête que je n’oublie jamais de célébrer depuis mon entrée consciente sur ce chemin. C’est Ze moment en ce qui me concerne ^^. Le plus chamboulifiant et le plus inspirant :). Je te souhaite donc un bon passage et une longue vie à ton échoppe ^O^.

  4. Yavanna : c’est noté, tu étais la première.

    Aegiale : les lecteurs ne sont pas précipités pourtant, mais le tirage est pris. 😉

    Brume : Merci pour tes bons souhaits.

  5. carabosse dit :

    belle lecture de saison, merci

  6. […] que ça n’est pas bien confortable. J’ai parlé un peu des mes expérience cette année sur mon blog principal, et l’étape, une fois de plus, a été marquée par une "création" et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s