Les Dieux et les Esprits ont toujours raison

[Sujet posté en traduction puisque je l’avais écrit en anglais pour mes locuteurs étrangers, et l’ai donc traduit et adapté. Maintenant je le classifie également dans une partie plus représentative.]

… Simplement nous n’interprétons pas correctement.

Voilà une phrase très contestable, mais à dessin en réalité, comme souvent maintenant vous l’aurez compris pour faire réfléchir. Les Esprits et les Dieux nous dupent parfois, on le sait, soit pour être taquins (ou méchants), soit pour nous tester. Maintenant, la plupart du temps quand ils nous envoient une vision ou un message, je pense que c’est toujours « la vérité ».

En tout cas pour ma part, je crois que cela a été le cas depuis le début. J’ai alors repensé à une expérience que j’avais eu six mois auparavant et que j’avais oublié [note: moment d’écriture de l’article, Fev 2011] : un shapeshifting avec la fourmi que j’avais cru sans importance, ou pas spécialement un message avec une signification précise, envoyé par les Esprits avec un but. Pourtant cela c’est révélé à un moment particulièrement crucial : lors de mon retrait de l’Internet et de la ville (comme grande ville et comme paysage urbain) pendant mes vacances, le séjour annuel pendant lequel je disparais dans la nature et la contemplation. Je réfléchissais pendant cet été de mon année passée et de mes errances au sujet des Dieux (prêtrise) et de mon chemin spirituel. C’était une après-midi passée au soleil dans le jardin, pieds nues je crois dans le sable, et je me demandait si j’avais la force et le culot d’embrasser les fonctions spirituelles auxquelles j’aspirais (et qui m’étaient désignées), quand en un instant j’ai fait ce « shifting » très court mais incroyablement intense : je me suis retrouvée dans la « peau » d’une fourmi. J’étais alors minuscule, et l’entreprise envisagée me semblait alors bien trop énorme, et je me suis sentie ridicule, décalée, et comme si mon égo avait pris le pas sur moi. A ce moment là j’ai alors décidé de prendre ce signe comme suit : le besoin de travailler dans l’ombre comme une petite fourmi qu’on ne remarque pas, d’apprendre l’humilité et d’être loin des projecteurs.

Mais au mois suivant, en Août, en discutant avec Sannion, je lui ai parlé de cette expérience et il m’a confié une autre perspective, qui a été confirmé plusieurs fois il y a un mois :

« La fourmi est en effet une petite et humble créature – mais ce n’est pas ce qui se remarque le plus à leur propos, ou du moins pas pour les anciens. La fourmi dévoue sa vie entière, son être entier, à son travail/charge. Elle n’a aucune intérêt, aucun liens sociaux en dehors du travail qu’elle effectue. Elle est continuellement entrain de faire des stocks de nourriture, de construire des tunnels, etc. pendant que les autres insectes jouent. Peut-être que cette vision indique que c’est la même chose que la voie de la prêtrise que tu devrais poursuivre, une voie de service et de dévouement. »

Alors finalement, avec les signes, je me dis que ça ne devait pas être une expérience au hasard, qu’il y avait réellement un test et un message des Esprits et des Dieux (abandonner ou continuer?) et que je l’ai mal interprétée sur le moment. Et alors ? Et bien comme je doutais ils sont revenus avec précipitation pour me montrer directement ce que j’aurais dû voir, cette fois-ci sans ambiguïté. Mon « camarade » Sannion avait raison depuis le début : la fourmi est une métaphore du labeur, de mon chemin spirituel à venir. Une vie très difficile de complet service et dévouement, qui se construit sans cesse, avec des responsabilités, parce qu’ils ont choisi cela pour moi, et que j’ai les capacités.

Publicités

7 réflexions sur “Les Dieux et les Esprits ont toujours raison

  1. Hédéra dit :

    Personne ne choisit rien pour personne. Tout juste peut-on suggérer. Même une divinité ne saurait choisir quelque chose pour toi.

    Au bout du compte, on a toujours le choix. On peut dire « non », on peut décider que notre destin sera autre. Si cette expérience te parle, c’est peut être parce qu’au fond de toi, il y a quelque chose, de grand ou de petit, qui te donne envie de faire ce choix, et qu’en effet, tu es probablement en mesure de le faire. Si c’est ce que tu souhaite pour toi-même, et non pour autrui. Que cet autrui soit humain ou divin.

    D’une certaine manière, je crois qu’il y a des destinées, et qu’on peut plus ou moins tourner autour en choisissant parfois totalement, ou pas du tout d’y adhérer, avant que la vie nous y ramène. Mais le fait que nous puissions parfois tourner le dos à ces suggestions est hautement positif à mon sens. On y gagne autant que d’accepter d’adhérer à ces signes. Le jour où on y revient, on y découvre autre chose, avec une approche différente. Ce serait tellement trop simple, et tellement ennuyeux, s’il suffisait de se conformer à des choix plus ou moins imposés d’instances supérieures. Qui plus est, j’ai l’intime conviction que les divinités sont également fières de nous lorsque nous leur tenons tête. Elles sont fières comme des parents qu’un ado énerve en voulant choisir un autre chemin, et qui constatent que leur ado a pris ses responsabilités, et a réalisé des miracles en embrassant la plénitude de ses propres choix.

  2. meritamon dit :

    Il y a peu de temps, en rompant avec un passé trop présent il y a peu, je me suis fais cette remarque, les NTR nous envoient des signes, des symboles que nous mettons du temps à comprendre.

    Je me retrouve assez dans ta réflexion : parce qu’ils ont choisi cela pour moi, et que j’ai les capacités.
    Je me suis demandée pourquoi moi, qu’ont ils vus en moi pour me faire ce cadeau, qu’ont ils donc vu que je vois pas ?

    Et bien, voilà , tu viens de répondre : parce qu’ils ont choisi cela pour moi, et que j’ai les capacités.

  3. D’abord, une remarque linguistique rapide:
    « Shapeshifting »
    Attention avec l’emploi de ce terme, pour un anglophone, il correspond normalement à un changement de forme polymorphique comme pour un lycanthrope ou un kitsune (renard) japonais.

    Ayant quelques bases d’onirologie, le problème de l’interprétation est effectivement toujours délicat.
    Déjà se pose le problème de la source.
    Message divin ou expression de quelque chose issu de soi?

    Il m’est arrivé souvent de lire des païens dire qu’ils avaient eu tel ou tel message divin en rêve ou autre, dans les fait, j’ai plutôt tendance à y voir des retours de leur inconscient par rapport à un élément de leur actualité. Pour avoir « joué » à la chose quelques fois, avec une analyse du récit détaillé, je retrouve effectivement souvent dans ces cas un axe de leur actualité du moment. Dommage pour le message divin, mais retours personnels peuvent aussi être importants et apporter des solutions ou débloquer des choses, voire simplement faire prendre conscience que cet axe est à appréhender de plus près car à la base d’un écho de l’inconscient.
    Dans le cas que tu présente, ça serait même logique, il y avait des doutes et des questionnements de ton côté, il serait donc normal que ce soit ce genre d’échos.

    Il est cependant très dur d’interpréter pour soi-même. On n’a pas assez de distance et on se retrouve face au phénomène que si quelque chose vient de l’inconscient, c’est qu’il y a un axe mal géré, on le gèrera donc mal encore au moment de l’interprétation. Il vaut donc mieux passer par un tiers. Il n’est souvent arrivé de bloquer sur l’interprétation d’un de mes rêves, même en ayant identifié de nombreuses clés, les ayant confirmées, mais ne voyant pas le lien entre elles; une amie (s’intéressant aussi au sujet) passe dessus et pof, tout se débloque et c’est cohérent.
    C’est pour ça que ton ami a pu avoir un regard peut-être plus pertinent sur ton passage fourmi.

    Au chapitre « Mauvaises interprétations », je cite régulièrement le « cas Iphigénie ».
    Pour rappel, la flotte grecque est bloquée et ne peut partir pour Troie à cause de tempêtes. Le devin Calchas détermine qu’Agamemnon a offensé Artémis et qu’il doit lui sacrifier sa fille Iphigénie. Après magouilles des Grecs, Iphigénie se retrouve sur l’autel de sacrifice, mais Artémis lui substitue une biche pour le sacrifice. (Ne surtout pas y voir un parallèle avec l’histoire du fils d’Abraham, la suite du mythe le montre.) Artémis amène Iphigénie dans un de ses temple en Tauride où elle devient prêtresse. Après avoir libéré la flotte grecque des tempêtes, Artémis prend cause pour les Troyens.
    Le sacrifice demandé par Artémis n’était pas un sacrifice sanglant, mais bien votif. Cela aurait pu être évident, car Artémis est protectrice des jeunes gens et en particulier des jeunes filles, il aurait été absurde qu’elle réclame la mort d’une… On tombe bien dans un cadre de faute d’interprétation.

  4. Valiel dit :

    Bonjour Penthésilée, j’ai mis un peu de temps à répondre car je n’étais pas sûre de bien comprendre.

    « Message divin ou expression de quelque chose issu de soi? » => tu penses que cette ambiguïté pourrait donc s’appliquer également au shapeshifting ? (un dialogue avec soi) ou bien tu parlais des messages / signes venant des dieux en général ?

    C’est sûr que c’est un « écueil » délicat. Du moins si on peut parler d’écueil, puisque dialoguer avec son intériorité est important aussi.

  5. Hi, hi, hi… Voilà donc une autre illustration de l’ambiguïté de ce terme. Je me suis faite piégée par le titre et le premier paragraphe de ton article.

    Si le but est en conscience une recherche intérieure, il n’y a pas de raisons d’un parasitage extérieur, c’est bien chercher en soi une réponse sur soi.

    Cependant, il n’y a aucune raison non plus que dans n’importe quelle pratique visant à l’établissement d’une recherche extérieure (esprits, dieux, ancêtres, etc…), il ne puisse y avoir une prise de relai de son inconscient. C’est d’ailleurs souvent ce qu’il se passe quand cela n’est pas issu d’experts, mais d’amateurs y aspirant. Même des experts peuvent se faire avoir d’ailleurs. (Je passe sur les manipulations volontaires visant à donner une caution divine à des propos personnels ou institutionnels.)

    Autre illustration:
    J’ai connu aussi des personnes qui en me relatant leur expérience chamanique n’ont fait qu’exprimer que ce qu’ils avaient en eux, pas un voyage dans le monde des esprits en soi.

    Aussi, j’aurais dans la quasi-totalité des cas tendance à considérer qu’il s’agit d’une manifestation personnelle.
    Comme tu le dis, c’est important aussi, mais pour une bonne prise en compte et que ça soit utile, il faut que ce soit bien pris comme tel uniquement. Trop de personnes s’illusionnent.

  6. siannan dit :

    merci d’avoir partagé ton expérience de shapeshifting, j’en ai moi même fait une expérience qui reste difficile à interpréter.

    en rapport avec ton dernier article sur la « magie animale », comment qualifierait-tu ton expérience avec les fourmis dans ta classification ?

  7. Valiel dit :

    Je suppose que tu me demandes comment je qualifierais la fourmi par rapport à mon cheminement ? La réponse n’est pas encore claire. J’aurais tendance à dire que c’était un messager. Peut-être que cela sera un guide si le travail se renouvelle dans l’avenir ?

    N’hésite pas à m’écrire par email si tu veux que l’on discute de ton expérience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s