Le paganisme « sombre »

(Traduction publiée originellement pour « la Caverne de la Déesse Sombre »)

Qu’est-ce que le paganisme sombre ?

On me demande souvent ce que j’entends par « paganisme sombre » et la plupart du temps je donne une réponse différente en fonction du contexte dans lequel est posée la question. Dans mon livre, « Out of the Shadows : An Exploration of Dark Paganism and Magick » (« Hors des Ténèbres : une exploration du paganisme sombre et de la magie »), au lieu de le définir d’entrée de jeu, j’explore les divers aspects du sombre et comment cela s’applique au paganisme et même à la spiritualité en général. Je l’ai fait volontairement mais le visiteur ordinaire de darkpagan.com (païensombre.com) apprécierait probablement une approche plus directe et formelle.

Grâce à l’étude des nombreuses formes du paganisme sombre je peux affirmer sans risque qu’il s’agit d’une des définitions suivantes selon l’individu (ou plus vraisemblablement d’une combinaison). Le fait que le paganisme sombre ait une signification propre à l’individu est très important et prendra plus de sens à la fin de cet essai.

1) Le Paganisme Sombre est un mouvement au sein du paganisme moderne qui revendique la part sombre de la polarité lumineuse/sombre qui a été reniée ou ignorée par ceux qui ont confondu cette polarité avec la dualité éthique de la culture judéo-chrétienne. Le Sombre n’est pas la même chose que le mal. Cette confusion a été causée par l’accroissement de la popularité des religions païennes, particulièrement de la wicca, et par un manque d’apprentissage formel et d’initiation digne de ce nom. (Par « initiation » je fais référence au processus interne que dont fait l’expérience aussi bien un païen solitaire que le membre d’un groupe, et non le rite initiatique lui-même qui correspond à peine l’événement) Sans une telle initiation le praticien reste coincé dans le cadre mental dualiste de sa religion d’origine et interprète mal les concepts de polarité que l’on trouve dans le paganisme. Une telle revendication du sombre comprend l’acception de notre Ombre : les aspects négatifs (généralement) de nous mêmes que nous refusons (souvent inconsciemment) d’accepter comme étant une partie de notre être. Ces Païens Sombres remettent en question la pensée contemporaine pour s’assurer que les croyances d’une personne sont réelles et pas
simplement le résultat d’une répression ou d’un conditionnement. Il est important de le remettre en question puisque cela nous permet de penser et de réfléchir sur ce que nous croyons et cela aide à renforcer croyances profondes dans la manœuvre.

2) Le Paganisme Sombre est l’intégration de l’imagerie sombre, comme l’imagerie gothique, qui tend à avoir un thème lié à la mort. Ces Païens Sombres ne sont pas obsédés par la mort mais plutôt fascinés et attirés par son symbolisme archétypal. A travers l’imagerie sombre l’individu est rendu plus conscient de lui-même et du caractère sacré de la vie, aussi bien que de l’importance de la vivre le plus pleinement possible tout en restant toujours fidèle à ce qui nous sommes. L’accent est mis sur l’exploration de soi, l’empowerment et l’expression.

3) Le Paganisme Sombre est une forme de paganisme qui honore et s’identifie à des déités de nature plus sombre. Ces déités sont souvent associées à la mort, la guerre, la magie, ou d’autres forces primaires et incontrôlables que de nombreux païens modernes craignent ou considèrent comme tabou. Les déités sombres comprendraient Kali, Hades, Seth, Loki et Hécate (particulièrement dans l’aspect de la Crone/Vieille).

4) Le Paganisme Sombre est une forme de paganisme qui a des liens de parenté avec l’approche interne ou « sombre » de la spiritualité souvent considérée comme une Voie de la Main Gauche. Comme je l’explique dans [mon livre] la spiritualité peut être approchée de deux façons : intérieurement ou extérieurement. L’approche interne met l’accent sur le Soi. Les concepts de déité et d’éthique sont moins mis en valeur ou s’appuient sur la perception et l’expérience personnelle. C’est une approche générale d’une Voie de la Main Gauche. L’approche externe fonctionne à l’intérieur d’un ensemble de structures. La Déité est définie, les pratiques religieuses sont plus structurées, et l’éthique est fixée par une figure d’autorité extérieure et généralement très spécifique dans les détails du comportement approprié. C’est l’approche générale d’une Voie de la Main Droite. Les deux approches ont leur place : certains travaillent mieux avec une approche rigide et structurée tandis que d’autres travaillent mieux à travers une expérimentation hautement personnelle. De ce point de vue, le Paganisme Sombre distinguent à peine les païens qui pratiquent avec une approche interne de ceux qui pratiquent avec une approche externe, puisqu’il y a des différences inhérentes dans la façon de pratiquer. Un chemin spirituel qui suit une approche interne encourage à explorer les aspects sombres que la société ou une culture catalogue comme tabou de sorte que nous puissions arriver à nos propres conclusions. Ce faisant, les païens sombres se libèrent eux-mêmes du conditionnement social qui étouffe souvent l’expression personnelle et l’individualisation puisqu’ils s’efforcent de devenir plus [color=darkred]entiers[/color] (whole). Ainsi le Paganisme Sombre peut être défini comme toute forme de paganisme qui est pratiqué sous la perspective d’une Voie de la Main Gauche.

Toutes les définitions ci-dessus aident à expliquer ce qu’est le Paganisme Sombre en s’arrêtant superficiellement sur la nature de son approche. Ces définitions tendent à se recouper les unes les autres et tandis que certains païens sombres peuvent correspondre à toutes ces définitions, d’autres ne correspondront qu’à une seule. De même que le Sombre, le Paganisme Sombre ne peut pas être défini aisément. La cause en est que le Sombre est par nature lié à notre inconscient et est ainsi très personnel. C’est dans la nature du Sombre de toujours rester insaisissable à une stricte délimitation. Plus on essaie de le définir et plus on s’en éloigne. Comme le Tao de la pensée taoïste, le Sombre doit être expérimenté pour être compris. Il doit être embrassé et intégré dans notre être pour être apprécié. Essayer de lui apporter « la lumière de la raison » ne fait que nous éloigner de lui.

***************

John J. Coughlin est le rédacteur en chef du guide du NYC Pagan Resource et auteur du livre « Out of the Shadows: An Exploration of Dark Paganism and Magick (« Hors des Ténèbres : une exploration du paganisme sombre et de la Magie »). Visitez http://www.waningmoon.com pour plus d’informations ou contacter l’auteur en allant sur JohnCoughlin.com

Article original

***************

Notes : l’empowerment… Concept tellement important qu’il est gardé en français. Essayer de trouver une traduction.
http://1libertaire.free.fr/PuissancedeSoi.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Empowerment
http://fr.wikipedia.org/wiki/Empowerment

Publicités

2 réflexions sur “Le paganisme « sombre »

  1. Sara' dit :

    Au sujet de l’empowerment, j’appelle ça l’empuissancement. 😉

  2. Hédéra dit :

    Ah ben ça alors, dire que ça fait des années que je j’ai dans mes préférences de la population divine telle que Kali, Loki, Discordia, Ereshkigal …

    Mouhahaha, bon en même temps, je ne me suis jamais vraiment considérée comme un archétype de néo-païenne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s