Les Dieux et les Esprits ont toujours raison

[Sujet posté en traduction puisque je l’avais écrit en anglais pour mes locuteurs étrangers, et l’ai donc traduit et adapté. Maintenant je le classifie également dans une partie plus représentative.]

… Simplement nous n’interprétons pas correctement.

Voilà une phrase très contestable, mais à dessin en réalité, comme souvent maintenant vous l’aurez compris pour faire réfléchir. Les Esprits et les Dieux nous dupent parfois, on le sait, soit pour être taquins (ou méchants), soit pour nous tester. Maintenant, la plupart du temps quand ils nous envoient une vision ou un message, je pense que c’est toujours « la vérité ».

En tout cas pour ma part, je crois que cela a été le cas depuis le début. J’ai alors repensé à une expérience que j’avais eu six mois auparavant et que j’avais oublié [note: moment d’écriture de l’article, Fev 2011] : un shapeshifting avec la fourmi que j’avais cru sans importance, ou pas spécialement un message avec une signification précise, envoyé par les Esprits avec un but. Pourtant cela c’est révélé à un moment particulièrement crucial : lors de mon retrait de l’Internet et de la ville (comme grande ville et comme paysage urbain) pendant mes vacances, le séjour annuel pendant lequel je disparais dans la nature et la contemplation. Je réfléchissais pendant cet été de mon année passée et de mes errances au sujet des Dieux (prêtrise) et de mon chemin spirituel. C’était une après-midi passée au soleil dans le jardin, pieds nues je crois dans le sable, et je me demandait si j’avais la force et le culot d’embrasser les fonctions spirituelles auxquelles j’aspirais (et qui m’étaient désignées), quand en un instant j’ai fait ce « shifting » très court mais incroyablement intense : je me suis retrouvée dans la « peau » d’une fourmi. J’étais alors minuscule, et l’entreprise envisagée me semblait alors bien trop énorme, et je me suis sentie ridicule, décalée, et comme si mon égo avait pris le pas sur moi. A ce moment là j’ai alors décidé de prendre ce signe comme suit : le besoin de travailler dans l’ombre comme une petite fourmi qu’on ne remarque pas, d’apprendre l’humilité et d’être loin des projecteurs.

Mais au mois suivant, en Août, en discutant avec Sannion, je lui ai parlé de cette expérience et il m’a confié une autre perspective, qui a été confirmé plusieurs fois il y a un mois :

« La fourmi est en effet une petite et humble créature – mais ce n’est pas ce qui se remarque le plus à leur propos, ou du moins pas pour les anciens. La fourmi dévoue sa vie entière, son être entier, à son travail/charge. Elle n’a aucune intérêt, aucun liens sociaux en dehors du travail qu’elle effectue. Elle est continuellement entrain de faire des stocks de nourriture, de construire des tunnels, etc. pendant que les autres insectes jouent. Peut-être que cette vision indique que c’est la même chose que la voie de la prêtrise que tu devrais poursuivre, une voie de service et de dévouement. »

Alors finalement, avec les signes, je me dis que ça ne devait pas être une expérience au hasard, qu’il y avait réellement un test et un message des Esprits et des Dieux (abandonner ou continuer?) et que je l’ai mal interprétée sur le moment. Et alors ? Et bien comme je doutais ils sont revenus avec précipitation pour me montrer directement ce que j’aurais dû voir, cette fois-ci sans ambiguïté. Mon « camarade » Sannion avait raison depuis le début : la fourmi est une métaphore du labeur, de mon chemin spirituel à venir. Une vie très difficile de complet service et dévouement, qui se construit sans cesse, avec des responsabilités, parce qu’ils ont choisi cela pour moi, et que j’ai les capacités.

Publicités

Même pour les titres, faites preuve d’esprit critique

Un article qui m’a désolée, car je me dis que ça doit arriver peut-être plus souvent qu’on ne le pense (comme c’est arrivé à moi-même)… Moi qui croyait que c’était encore un peu « discret » comme phénomène… (pas la course aux titres, ça oui, mais l’abus)  Le voici :

Ah les grandes leçons de morales… Que ferions-nous sans ces gens bien-pensants qui nous disent sur les forums, les sites, les blogs et maintenant Facebook: « Fais pas ci! », « Fais pas ça! », « Ce n’est vraiment pas digne d’une païenne!!! » ou « Mais quelle honte!!!! ». Je me demande vraiment pourquoi je ne ferme pas ma grande gueule sur la pagansphère bourrée de messies en puissance.

– Suis-je bête! Pourquoi donner un avis différent alors que je ne suis qu’une païenne, sans la dénomination magique: PRÊTRESSE!! Il est évident que ce que je peux dire est forcément bête, irrespectueux de la Déesse!

– Suis-je bête! Je suis forcément une moins que rien par rapport aux Prêtresses! Je ne reçois pas de rêves prophétiques toutes les 2 nuits, ni de communications téléphoniques des Dieux à chaque minute que la Déesse
crée!

– Suis-je bête! Je n’ai pas fait de formation de prêtrise… je suis donc, forcément, une arriéré, jamais sortie de sa
cambrousse qui, par conséquent, a le QI d’une coquille d’huitre!!

Ah, vous, gens bien-pensants, que ferai-je sans vous!! Je ne me ferai pas envoyer chier dès que le clic sur « envoyer » pour que mon message d’inculte n’arrive à vos yeux quasi-divin!!

Bien évidemment, je généralise! Toutes les prêtresses païennes actuelles ne sont pas comme ça. Certaines sont intègrent et donnent de leur temps pour aider les autres à trouver leur voie, à être autonome dans leur pratique et leur foi. Mais malheureusement, ces païennes que j’aimerais rencontrer plus souvent sont, au mieux, noyées dans la masse, au pire, discréditées, rabaissées voire même insultées… et le plus souvent par des personnes qui ne feront jamais le 10ème de ce qu’elles font.

Il n’y a pas si longtemps, une fille se disait prêtresse, n’en avait que le titre. A croire que ce seul terme permettait d’être une personne exceptionnelle! Je lui avais confié les bouleversements que je connaissais dans ma vie spirituelle, je lui avais raconté des détails précis qui me troublaient et je me disais: « elle est prêtresse… elle doit en connaitre plus que moi, forcément » Et bien, j’ai eu le droit au sempiternel: « non, laisse tomber! C’est ton imagination! Tu es trop novice pour avoir des messages ». Je tiens tout de même que ce qui m’est arrivé s’est vu confirmé quelques mois plus tard…

Plus tard, quand j’ai relu ce qu’elle me disait de ses visions, de ses rêves pour me prouver que j’étais trop « jeune » pour comprendre; j’ai vu, qu’en effet, j’avais été trop jeune à ce moment-là, j’étais tellement émerveillée par cette personne prêtresse et si sûre d’elle, que je n’avais pas vu que ce qu’elle racontait était hallucinant d’absurdité!

Tous les soirs, elle avait des rêves prophétiques; Chaque jour, elle avait des signes divins; Sa dédication, elle l’avait faite devant tous les Dieux, de tous les panthéons d’Europe (celtes, romains, grecs, égyptiens,…) qui étaient venus la soutenir pendant sa visu (devait y en avoir du monde dans la chambre!!); Elle savait tout mieux que tout le monde; Elle n’hésitait jamais à rabaisser mes expériences mais n’acceptait aucune interrogation que je pouvais formuler sur ses  propres expériences… et tout ça en étant devenue prêtresse au bout d’un an après sa « révélation » du paganisme… Je veux bien que pour certain(e)s se soient rapide… mais un an!!

J’en ai connu une autre qui voulait devenir prêtresse de la Déesse… toujours pareil, elle jugeait, elle rabaissait, me balançait ses « conseils » à la figure comme paroles d’évangile. Je m’arrête là pour les exemples, puisqu’au final, c’est un schéma récurrent

Alors voilà où j’en suis… Je me demande si le titre de prêtresse à encore une quelconque valeur aujourd’hui. J’ai l’impression que ce n’est plus qu’un vulgaire mot balancé à tout va, à n’importe quelle occasion pour masquer un complexe d’infériorité.
Et puis, en écrivant ces lignes, je me rends compte que les personnes que je tiens pour prêtresses… ne se font pas appeler ainsi. Elles restent humbles. A ces personnes qui aident mais qui ne démontent pas, j’ai envie de vous dire une chose: « Par pitié, faites moi signe!! Revenez sur les forums pour remonter le niveau! » Parce que, franchement, à part 3 forums (et j’ai été inscrite sur quelques uns), c’est vraiment du n’importe quoi! Aucun respect pour l’avis d’autrui, ces demoiselles se prennent pour des reines parce qu’elles ont vaguement suivi une formation de prêtresse qu’elles n’ont soit pas finie parce qu’elles sont « bien plus avancées sur le chemin du paganisme que celle qui dispense la formation », soit qu’elles ont été bloquées avant même de pouvoir recevoir un quelconque formulaire d’inscription.

Alors, à vous les vraies prêtresses, n’écoutez pas pas ces personnes dont les crochets de l’arrogance distillent le venin d’une jalousie profonde comme un gouffre abyssal.

A celles qui veulent devenir prêtresse, je crois que la meilleure chose à faire est encore de s’écouter pour savoir ce qui est le mieux, d’effectuer chaque action en son âme et conscience. Après tout, ce n’est pas le but qui est important, c’est le chemin que l’on va parcourir qui importe avec les expériences parfois difficiles que l’on va vivre et qui vont nous faire grandir, les personnes que l’on va rencontrer et qui seront des tremplins pour passer par dessus les murs qui nous bloque.

En aucun cas, je ne critique les formations de prêtresses. Absolument pas! Ce que je critique, ce sont celles qui ont le complexe du messie et qui occultent les VRIAES prêtresses.

On peut croire ou pas, on peut tempérer, discuter… Mais la phrase du jour reste quand même : soyez toujours vigilants, y compris face aux « titres » des gens (prêtresses, chamans, médiums etc). Prenez-garde :

  • à de pas idéaliser la personne
  • à ne pas placer toutes vos attentes et tous vos espoirs sur la dite personne
  • à poursuivre vos propres réflexions, à ne pas tout croire sur parole

Ce qui comptent ce sont les paroles et les actes pour déterminer qui est qui/quoi. Aussi, vous n’êtes aucunement inférieurs parce que vous n’avez pas de formation ou titre. L’authenticité et la sincérité du cheminant priment. C’est l’implication qui fait le larron (lol).

L’enfer est pavé de bonnes intentions

Une mise en garde très intéressante (qui est en fait un rappel) trouvée sur le blog d’un praticien anglophone. Elle est assez connue, mais bien trop souvent occultée ou refoulée, alors je poste ici une courte traduction pour vous rappeler d’avoir toujours à l’esprit un petit post-it mental…

Pourquoi « l’enfer est pavé de bonnes intentions? » Pour débusquer un cliché !

Dans les domaines magique et spirituel, les gens oublient bien trop souvent que même pour envoyer de l’énergie positive il faut demander l’autorisation. L’énergie reste un flux extérieur étranger, et même s’il se veut positif, il peut arriver sans que la personne soit d’accord, ou au mauvais moment, etc. Pour tout travail magique et énergétique, il est impératif de penser à rester à votre place et à ne pas outrepasser la volonté d’autrui sous prétexte de l’aider. Parfois malgré toute la bonne volonté du monde vous pouvez faire du mal.C’est une question d’éthique, c’est la première base.

Un extrait de l’article original, par Wintersong Tashlin pour y réfléchir (traduction au-dessous):

If our Work can help and heal, then it can also harm. Without water, life could not exist on our planet, but trying telling people in Northern Japan or the banks of the Mississippi River that water can do no harm because it is good. As a shaman, magician and healer, I would never dismiss the good that energy work can do. However, while insulin injections can be vital to staying alive for a diabetic, walking up to a friend and plunging a syringe full into their side would be dangerous, and undeniably constitute assault. When one decides to push Reiki or other forms of energy into another person without their conscious consent, that is exactly what is happening.

When a massage therapist decided to do energy work during a session to “cure” my shamanism, that was a violation.

It took weeks to repair the damage done.

When an acquaintance pushed Reiki into my chest during a friendly hug, that was a violation.

The energetic modifications made by my Lady cause an adverse reaction to that form of energy. I was made ill enough to require the skills of a healer familiar with the quirks of my energy system.

When I was waiting on a cancer diagnosis that fortunately never came, the unsolicited “healing energy” sent by strangers and Facebook friends was a violation.

It is widely known that general “healing” energy can make cancer worse. Energy healing of cancer is a specialized skill that few possess.

When an energy healer decided to “fix” a transgender client of a colleague of mine, that was a horrific violation.

One which nearly led to suicide and took the resources of a shaman skilled with the spiritual and energetic nature of gender to repair.

When non-consensual energy work is done on anyone with the capacity to consent, that is a violation.

The ends do not justify the means.

[…]

We need to stop drawing emotional distinctions between the physical body and the energy body. It is my fervent belief that the majority of people who frequently violate another’s energy body, would never do the same to their physical self.

Traduction personnelle :

« Si notre travail peut aider et guérir, il peut aussi blesser. Sans eau, la vie ne pourrait pas exister sur notre planète, mais allez dire aux habitants du Nord du Japon ou des rives du Mississipi que l’eau ne peut pas faire de mal puisqu’il est le bien. En tant que chaman, magicien et guérisseur, je ne rejetterai jamais le bien qui peut résulter du travail énergétique. Cependant, tandis que les injections d’insuline sont vitales à un diabétique pour survivre, aller vers un ami et lui injecter une seringue pleine serait dangereux, et constituerait une agression indéniable. Lorsque quelqu’un décide d’envoyer de force de l’énergie reiki ou toute autre forme d’énergie à quelqu’un sans son accord conscient, c’est exactement ce qu’il se produit.

Quand un masseur décida de faire un travail énergétique pendant un rendez-vous pour « guérir » mon chamanisme, c’était un viol.

Cela m’a pris des semaines pour réparer les dommages infligés.

Quand une connaissance m’a envoyé du reiki au niveau de la poitrine lors d’ une embrassade amicale, c’était un viol.

Les modifications énergétiques engendrées par mon amie causent une réaction indésirable (ndt:négative, presque contraire) de cette forme d’énergie. J’ai été rendu suffisamment malade pour avoir besoin des compétences d’un guérisseur habitué aux excentricités de mon système énergétique.

Quand j’ai attendu le diagnostique d’un cancer qui n’a heureusement jamais été avéré, l’énergie « guérisseuse » envoyée par des étrangers et des amis sur Facebook était une violation.

Il est largement connu qu’une énergie « guérisseuse » générale (ndt: vague) peut aggraver un cancer. L’énergie de guérison du cancer est une compétence très spéciale que peut possède.

Quand un guérisseur énergétique décida de « régler » (ndt: réparer, guérir) un client transgenre (ndt: ‘transgender’, 3e sexe), c’était une violation horrifiante.

Une violation qui mena presque au suicide, et qui demanda les ressources d’un shaman qualifié dans le domaine de la nature spirituelle et énergétique des genres pour tout réparer.

Quand un travail énergétique non-consensuel a lieu sur n’importe quelle personne qui serait capable de consentir, c’est une violation.

La fin ne justifie pas les moyens.

[…]

Nous devons arrêter de procéder à une distinction émotionnelle entre le corps physique et le corps énergétique. Je crois fermement que la majorité des gens qui violent fréquemment le corps énergétique d’autrui ne feraient jamais la même chose sur un corps physique »

Féminitude – L’Arbre du Monde

Voici une nouvelle méditation ! 🙂 Merci d’en respecter la propriété. Cette carte « Arbre du Monde » tirée de Féminitude.

« C’est une déferlante de Lumière contre laquelle tu ne peux rien et qui te transporte. Un mouvement doux mais déterminé souffle en volutes qui montent vers des voûtes jamais atteintes. Tu es comme un enfant apeuré et fasciné, tu regardes autour de toi des êtres et des choses inconnues jusqu’à lors tandis que tu flottes, impuissant, porté par cette force. Tu t’approches alors toujours plus de ce qui semble être la source de la Lumière perçante. Au milieu de tous ces courants, des voûtes, des êtres, tu commences à percevoir une grande silhouette. Une volée d’oiseaux sortis de nulle part te surprend et crée comme un mur mobile qui découpe des ombres chinoises dans cette lumière. Et alors, quand ils sont partis, tu l’aperçois : au milieu se dresse un arbre d’où tout semble prendre son origine. Il est puissant, ancien mais vif, et il porte encore de nombreux fruits. Derrière tu perçois d’autres sphères, d’autres mondes inconnus… Le courant qui t’a ravi pour ce voyage fantastique t’amène jusqu’à l’Arbre, et tu ressens en t’approchant son pouvoir, sa douceur, sa lumière intérieure. Il est réconfortant, rassurant. Apprends à convoquer sa protection. Profite de ses rayons pour te guider vers ta propre force intérieure. »

Le paganisme « sombre »

(Traduction publiée originellement pour « la Caverne de la Déesse Sombre »)

Qu’est-ce que le paganisme sombre ?

On me demande souvent ce que j’entends par « paganisme sombre » et la plupart du temps je donne une réponse différente en fonction du contexte dans lequel est posée la question. Dans mon livre, « Out of the Shadows : An Exploration of Dark Paganism and Magick » (« Hors des Ténèbres : une exploration du paganisme sombre et de la magie »), au lieu de le définir d’entrée de jeu, j’explore les divers aspects du sombre et comment cela s’applique au paganisme et même à la spiritualité en général. Je l’ai fait volontairement mais le visiteur ordinaire de darkpagan.com (païensombre.com) apprécierait probablement une approche plus directe et formelle.

Grâce à l’étude des nombreuses formes du paganisme sombre je peux affirmer sans risque qu’il s’agit d’une des définitions suivantes selon l’individu (ou plus vraisemblablement d’une combinaison). Le fait que le paganisme sombre ait une signification propre à l’individu est très important et prendra plus de sens à la fin de cet essai.

1) Le Paganisme Sombre est un mouvement au sein du paganisme moderne qui revendique la part sombre de la polarité lumineuse/sombre qui a été reniée ou ignorée par ceux qui ont confondu cette polarité avec la dualité éthique de la culture judéo-chrétienne. Le Sombre n’est pas la même chose que le mal. Cette confusion a été causée par l’accroissement de la popularité des religions païennes, particulièrement de la wicca, et par un manque d’apprentissage formel et d’initiation digne de ce nom. (Par « initiation » je fais référence au processus interne que dont fait l’expérience aussi bien un païen solitaire que le membre d’un groupe, et non le rite initiatique lui-même qui correspond à peine l’événement) Sans une telle initiation le praticien reste coincé dans le cadre mental dualiste de sa religion d’origine et interprète mal les concepts de polarité que l’on trouve dans le paganisme. Une telle revendication du sombre comprend l’acception de notre Ombre : les aspects négatifs (généralement) de nous mêmes que nous refusons (souvent inconsciemment) d’accepter comme étant une partie de notre être. Ces Païens Sombres remettent en question la pensée contemporaine pour s’assurer que les croyances d’une personne sont réelles et pas
simplement le résultat d’une répression ou d’un conditionnement. Il est important de le remettre en question puisque cela nous permet de penser et de réfléchir sur ce que nous croyons et cela aide à renforcer croyances profondes dans la manœuvre.

2) Le Paganisme Sombre est l’intégration de l’imagerie sombre, comme l’imagerie gothique, qui tend à avoir un thème lié à la mort. Ces Païens Sombres ne sont pas obsédés par la mort mais plutôt fascinés et attirés par son symbolisme archétypal. A travers l’imagerie sombre l’individu est rendu plus conscient de lui-même et du caractère sacré de la vie, aussi bien que de l’importance de la vivre le plus pleinement possible tout en restant toujours fidèle à ce qui nous sommes. L’accent est mis sur l’exploration de soi, l’empowerment et l’expression.

3) Le Paganisme Sombre est une forme de paganisme qui honore et s’identifie à des déités de nature plus sombre. Ces déités sont souvent associées à la mort, la guerre, la magie, ou d’autres forces primaires et incontrôlables que de nombreux païens modernes craignent ou considèrent comme tabou. Les déités sombres comprendraient Kali, Hades, Seth, Loki et Hécate (particulièrement dans l’aspect de la Crone/Vieille).

4) Le Paganisme Sombre est une forme de paganisme qui a des liens de parenté avec l’approche interne ou « sombre » de la spiritualité souvent considérée comme une Voie de la Main Gauche. Comme je l’explique dans [mon livre] la spiritualité peut être approchée de deux façons : intérieurement ou extérieurement. L’approche interne met l’accent sur le Soi. Les concepts de déité et d’éthique sont moins mis en valeur ou s’appuient sur la perception et l’expérience personnelle. C’est une approche générale d’une Voie de la Main Gauche. L’approche externe fonctionne à l’intérieur d’un ensemble de structures. La Déité est définie, les pratiques religieuses sont plus structurées, et l’éthique est fixée par une figure d’autorité extérieure et généralement très spécifique dans les détails du comportement approprié. C’est l’approche générale d’une Voie de la Main Droite. Les deux approches ont leur place : certains travaillent mieux avec une approche rigide et structurée tandis que d’autres travaillent mieux à travers une expérimentation hautement personnelle. De ce point de vue, le Paganisme Sombre distinguent à peine les païens qui pratiquent avec une approche interne de ceux qui pratiquent avec une approche externe, puisqu’il y a des différences inhérentes dans la façon de pratiquer. Un chemin spirituel qui suit une approche interne encourage à explorer les aspects sombres que la société ou une culture catalogue comme tabou de sorte que nous puissions arriver à nos propres conclusions. Ce faisant, les païens sombres se libèrent eux-mêmes du conditionnement social qui étouffe souvent l’expression personnelle et l’individualisation puisqu’ils s’efforcent de devenir plus [color=darkred]entiers[/color] (whole). Ainsi le Paganisme Sombre peut être défini comme toute forme de paganisme qui est pratiqué sous la perspective d’une Voie de la Main Gauche.

Toutes les définitions ci-dessus aident à expliquer ce qu’est le Paganisme Sombre en s’arrêtant superficiellement sur la nature de son approche. Ces définitions tendent à se recouper les unes les autres et tandis que certains païens sombres peuvent correspondre à toutes ces définitions, d’autres ne correspondront qu’à une seule. De même que le Sombre, le Paganisme Sombre ne peut pas être défini aisément. La cause en est que le Sombre est par nature lié à notre inconscient et est ainsi très personnel. C’est dans la nature du Sombre de toujours rester insaisissable à une stricte délimitation. Plus on essaie de le définir et plus on s’en éloigne. Comme le Tao de la pensée taoïste, le Sombre doit être expérimenté pour être compris. Il doit être embrassé et intégré dans notre être pour être apprécié. Essayer de lui apporter « la lumière de la raison » ne fait que nous éloigner de lui.

***************

John J. Coughlin est le rédacteur en chef du guide du NYC Pagan Resource et auteur du livre « Out of the Shadows: An Exploration of Dark Paganism and Magick (« Hors des Ténèbres : une exploration du paganisme sombre et de la Magie »). Visitez http://www.waningmoon.com pour plus d’informations ou contacter l’auteur en allant sur JohnCoughlin.com

Article original

***************

Notes : l’empowerment… Concept tellement important qu’il est gardé en français. Essayer de trouver une traduction.
http://1libertaire.free.fr/PuissancedeSoi.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Empowerment
http://fr.wikipedia.org/wiki/Empowerment