Trouver un mentor

[Une mise à jour tout en bas de l’article]

Voilà, il m’a fallu du temps mais j’entame vraiment cette nouvelle catégorie (développement spirituel) qui était au départ la raison principale qui m’a fait reprendre ce site. Le but étant de vous partager des réflexions sur ce qu’est-ce la spiritualité, un chemin personnel, comment ça fonctionne etc… Et ce matin, voici donc une tentative de mise en forme de mon sujet d’étude de la semaine passée.

En voilà une question bien compliquée ! Tout le monde vous le dira… Maintenant, vous êtes-vous seulement déjà demandé pourquoi c’est compliqué ? Peut-être pas, alors voici une réponse toute plate : la question du mentor est une question « à tiroirs ». En fait c’est une question biaisée, souvent pas la vraie question que vous vous posez. Je vais tenter de clarifier en quelques points, mais ça reste très intrinsèquement lié (donc difficile à séparer).

Qu’est-ce qu’un mentor en soi ?

Tout et rien à la fois.

En fait le premier souci c’est le vocabulaire. Concrètement c’est quoi un mentor ? Et bien il faut considérer une commode, et chaque tiroir est une définition différente du mentor. Il n’y a pas vraiment d’absolu, d’une part il y a le fait qu’on confond plusieurs mots comme par exemple « maître », « mentor », « professeur », (« guide » parfois aussi) et d’autre part il y a le fait qu’un même mot (mentor donc) recouvre plusieurs choses. Le fait que plusieurs personnes exprimant le besoin « je cherche un mentor » parleront de choses différentes. Pourquoi ? Parce que chacun d’entre elles sera différente, et aura un besoin différent (notamment en fonction de son chemin personnel, de ses acquis, de ses lacunes etc).

Alors on recommence, qu’est-ce que vous attendez d’un mentor ?

Les vraies questions qu’il faut vous poser sont les suivantes : qu’attendez-vous d’un mentor ? Ce sont ces réponses qui définiront votre définition (temporaire, en situation) du mentor que vous chercher.

  • Avez-vous besoin d’être guidé dans vos recherches, dans vos connaissances théoriques ? Besoin de méthode ? => peut-être qu’il s’agit donc plus d’un  mentor-guide, d’une sorte de professeur
  • Avez-vous besoin d’apprendre des connaissances de quelqu’un de plus avancé dans un domaine précis ? => à nouveau, plutôt mentor-professeur
  • Avez-vous besoin d’un de quelqu’un pour vous « apprendre » des « pratiques », ou accompagnateur pour votre pratique ? => ici en mentor-encadreur, un professeur si on veut
  • Avez-vous besoin de ne pas pratiquer seul, d’être à plusieurs ? => songez à trouver un groupe (cercle) de pratique près de chez vous pour trouver un cadre, ou de vous inscrire à des ateliers de pratique (selon ce qu’il y a chez vous, ou vous déplacer ailleurs dans votre pays)
  • Avez-vous plutôt besoin d’échanges autour de vos expériences, d’une sorte de « retour » ? => ici vous avez besoin d’une confrontation extérieure, d’un enrichissement, et vous pouvez vous orienter votre un groupe de pratique (cercle), ou vers des forums, et des correspondants

Je pense que maintenant vous voyez où je voulais en venir, et vous pouvez voir où vous vous situez, ou continuer à décliner encore les possibilités. Vous vous rendrez alors compte de la multiplicité : parfois vous chercher un mentor-guide, parfois un mentor-professeur pour vous apprendre, un mentor-encadrant dans les moments délicats…. parfois vous pouvez trouver la réponse à vos besoins là où ne l’attendiez pas : un ami par correspondance, un ami près de chez vous pour pratiquer, un groupe… Ceci engageant une expérience à partager, et pas forcément une image auréolée (mentor) qui peut être dangereuse parfois.

Pourquoi considérez-vous avoir besoin d’un mentor ?

Quelques questions pour vous donner des pistes :

  • Vous sentez-vous perdu ? Que pouvez-vous faire pour ne plus l’être ? Avez-vous nécessaire besoin d’un « mentor » ?
  • Vous sentez-vous en difficulté ? Quelles sont-elles, et pouvez-vous y remédier seuls ?
  • Est-ce que les personnes autour de vous n’accepteraient pas de discuter avec vous ? De pratiquer avec vous ?
  • Y a-t-il d’autres moyens d’acquérir de l’expérience ?

Si j’ai vraiment besoin d’un mentor, comment le trouver ?

Cette partie est la plus ardue, et malheureusement je n’ai pas encore trouvé la réponse (car je cherche encore moi-même dans certains domaines ;)). Bêtement, j’aurais envie de dire que le net est un outil formidable. Le mouvement « païen » étant éclaté, je crois qu’il y a eu très tôt ce besoin de se retrouver, de communiquer à distance etc. Du coup sur le net, en cherchant bien, vous pouvez trouver mille ressources pour vous orienter vers un « mentor ». Mais c’est une quête bien difficile, autant être prévenu.

A éviter : aller sur des forums et poster un topic « je cherche un mentor, qui veux bien m’enseigner ? » Pourquoi ? a) Vous allez faire fuir les bonnes âmes en montrant que vous ignorez les principes de bases de toute prudence. b) Vous allez attirer (potentiellement) l’inverse de ce que vous cherchiez : de faux « mentor » avides de pouvoir personnel, des sectes, etc. C’est vraiment l’inverse qu’il faut faire : ne pas attendre que le maître vienne à vous mais aller au maître. Vous montrez volontaire, mais surtout, chercher, chercher, vous renseignez au maximum, même quand vous pensez avoir trouvé la bonne personne il faut encore être prudent : car les apparences peuvent être trompeuses.

Quelques pistes :

  • Aller sur les grandes passerelles inter-traditions ou réservées à des traditions, cherchez-y des calendriers de conférences, d’ateliers, tous événements où peuvent se présenter des gens compétents (plus ou moins connus)
  • Avoir fait des lectures intenses pour être capable de déceler des noms d’auteurs fiables, avoir des connaissances minimales afin de déceler ce qui est sérieux ou pas
  • Surfer sur des blogs, des groupes FB, pour trouver « par hasard » (ou recoupements) d’autres événements non répertoriés sur des calendriers généraux
  • ….

Et oui, là vous vous dites « mince alors, c’est compliqué, et ça demande du temps… » C’est le cas. Après tout ça fait partie d’une démarche spirituelle, à vous de voir si vous voulez faire les choses à moitié ou pas.

Questions d’éthiques

Je rajoute un point important, de sortes de « mise en garde », des choses que vous ne devez pas oublier dans votre recherche.

Vous

Ne pas oublier que vous êtes responsable de vous même, et responsable tout court. Dans cette démarche, vous devez être :
– actif (et non passif) dans la recherche et pendant l’enseignement
– lucide, faire un exercice intense de votre sens critique (à votre sujet, et au sujet du mentor)
– prêt à écouter, prêt à être « l’élève »
– prendre garde au piège de la dépendance (le but est de vous apprendre à être autonome)

Et surtout : être bien ancré en vous même et sortir des fantasmes du « Mentor » avec un grand M, qui vous impressionne, vous hypnotise par si Ô combien grand savoir etc. Vous ne devez pas lui conférer une autre influence sur vous que celle d’être un enseignant, vous ne devez pas l’idéaliser et encore moins l’idolâtrer. Cela met en question la santé de votre ego et celui de votre maître, et cela évite les pièges des charlatans et sectes.

Votre mentor

La question de l’argent reste un point à part, très délicat, que je ne discuterai pas ici. Mais personnellement, j’ai tendance à préférer les échanges « simples » qui engagent comme seuls échanges les énergies des 2 personnes. Maintenant, il existe des ateliers de pratique payants (à des prix « raisonnables ») qui sont très bien. Et certains font d’un tel apprentissage leur métier.

La question de l’influence du mentor : un mentor très connu ne doit pas profiter de sa situation pour aucune raison (vous soutirer de l’argent, vous garder sous sa coupe, vous rabaisser etc).

La question de la supériorité : la supériorité du mentor réside uniquement dans son expérience et sa maîtrise, mais cela se cantonne à ce domaine. Il n’est en rien supérieur à vous, au contraire, il travaille constamment sur son humilité. Il n’y a pas à vous rabaisser, vous n’avez pas à vous écraser. Tout cela doit entrer dans une grande éthique =>

La question de l’éthique : vous devez savoir comment il travaille, quels sont ses idéaux, ses codes, ses buts… Le mentor doit être constamment en train de se remettre en question sinon il ne pourrait pas avancer.

La réciprocité : vous devez aussi avoir en tête que c’est un travail d’équipe. Le mentor est là pour vous aider, mais il ne doit pas faire le travail pour vous (d’où le point « être actif »). Aussi, il apprend de vous autant que vous apprenez de lui.

(cette partie finale sera à compléter avec le temps, je sens qu’il manque quelques éléments…)

D’autres réflexions sur la toile :

http://sarenth.wordpress.com/2011/04/17/thoughts-on-finding-a-mentor
http://witchofforestgrove.com/2011/04/21/teacher-myth/ => A-t-on réellement besoin d’un mentor ? Pas si sûr !

Publicités

5 réflexions sur “Trouver un mentor

  1. Sujet délicat… très bien traité, excellent article Valiel ! 🙂 D’ailleurs, ce genre d’article au sujet du mentor/du guide, de sa recherche et tout ce qui va avec manque cruellement… pour preuve le nombre de demandes récurrentes sur les forums.

  2. Valiel dit :

    Et oui, et pourtant, avec le nombre de personnes qui ont cherché et qui cherchent, on aurait de quoi faire le meilleur article de toute la terre ! Mais les choses sont ce qu’elles sont. 😉 Moi-même c’est qui a été déclencheur, c’était une rechercher personnelle et la discussion avec 2 contacts anglophones (Sarenth et Dver)

  3. Erin Branwen dit :

    Voilà un article passionnant. Personnellement le mot « mentor » aurait tendance à me faire peur. Comme tu le dis, les personnes qui se posent en mentor le font souvent pour de mauvaises raisons (ego, argent, pouvoir et abus de toutes sortes). Quelque part dans notre imaginaire, nous cherchons la personne qui saurait et pourrait répondre à toutes nos questions. Trouver un bon mentor est une chance fabuleuse, faut-il le chercher ? Ça c’est une autre question. En ce qui me concerne, j’en reste à ce qui, je crois, est un proverbe tibétain : « Quand le disciple est prêt, le maître apparaît ». Peut-être pas un seul maître d’ailleurs, peut-être une succession de maîtres ponctuels qui chacun apprend une petite partie de ce que nous devons savoir.

  4. Valiel dit :

    Et bien justement Branwen, je ne suis pas d’accord avec cette phrase. A qui est-ce arrivé que le mentor tombe du ciel ainsi ? 😉 Même quand on a attendu des années et qu’on cherche un mentor, on peut très bien ne rien trouver…

  5. Erin Branwen dit :

    Peut-être que le mentor ne tombe pas du ciel. Peut-être qu’il est déjà là mais qu’on n’en avait pas conscience. Il est peut-être déjà en soi, ou autour de soi dans la Nature qui nous entoure. Comme je le disais, il y a des tas de personnes qui peuvent nous apprendre des choses mais un vrai mentor pour moi est au-delà de ça. Il est possible aussi que cela soit différent pour chacun.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s