Une célébration païenne d’origine citoyenne ?

Le 22 Avril.

Quezako ?

Voici une date qui sera désormais intégrée à mon calendrier de célébration, et pour une fois, il s’agit d’une fête avant tout citoyenne. Ces derniers temps je réfléchis énormément sur mon éthique personnelle, la cohérence entre mes idées et mon comportement, notamment l’écologie (et aussi ça remise en cause, car il y a parfois des absurdités). C’est accentué par le fait que je vais déménagé dans la plus grande ville de France, et que cette nouvelle vie en ville et non pas en campagne (ou zone rurbaine) va changer mille choses. Or voici qu’à mon retour ce midi WordPress met sur mon chemin une idée. La page d’accueil présente toujours une sélection d’articles, et je suis tombée sur le titre « Earth Day ». Quelque chose de flou dans ma tête, dont j’ai entendu parler, mais dont je ne me souviens plus…. alors je clique. Cette personne anonyme vient de m’apprendre que ce jour « Earth Day », le 22 Avril tous les ans, remonte à 1970. Vous pouvez lire ses commentaires suivants, et bien dans ma tête ça a fait TILT, mais vraiment TILT.

Alors quoi ?

Désormais ce jour sera consacré dans mon calendrier. Oui oui, il sera rendu sacré, il sera « Earth Day » au 22 Avril. D’origine citoyenne, il sera aussi spirituel. Ca sera un jour très important : il me permettra de faire tous les ans à date fixe un gros bilan « énergétique ». Est-ce que je recycle au mieux selon les possibilités de la ville ? Est-ce que j’évite les gaspillages d’eau, et d’électricité ? Est-ce que j’évite les emballages ? Est-ce que je continue mes efforts contre la sur-consommation ? Etc. Ce jour ça sera ma conscience, mon bilan de l’année. Et il sera aussi une fête sacrée, une célébration pour honorer la Terre et rien que la Terre (en plus de toute la Roue!). Lui présenter mes excuses pour mes erreurs, mon amour, des offrandes… quelque chose de particulier. Et peut-être aussi des prières tous les ans pour les conséquences des catastrophes nucléaires, pour l’air, l’eau, la terre…

Et mon bilan de ce début 2011 alors ? Au cours du dernier mois, voici ce que j’ai remarqué :
– effort de renseignement sur le recyclage (selon les lieux où je vis, les possibilités etc)
– par contre dégradation de mes efforts sur la consommation d’eau
– dégradation des mes efforts sur la réduction des emballages (notamment quand je suis seule ou à deux, on prend souvent des produits plus petits, plus d’emballage… c’est plus difficile en fait)
– augmentation de la conscience de ma production de déchet (en fréquence et quantité, en vidant les poubelles etc)

Voici cette idée qui me plaît bien ! Encore une, ça fuse en ce moment, mais je trouve que c’est un calibrage parfait… Et vous, qu’est-ce que ça vous inspire ? Avez-vous un moment dans l’année où vous célébrez la Terre et rien que la Terre ? Où vous vous excusez de vos erreurs et lui envoyez votre amour ? Faites-vous régulièrement des bilans sur votre emprunte écologique ?

Trouver un mentor

[Une mise à jour tout en bas de l’article]

Voilà, il m’a fallu du temps mais j’entame vraiment cette nouvelle catégorie (développement spirituel) qui était au départ la raison principale qui m’a fait reprendre ce site. Le but étant de vous partager des réflexions sur ce qu’est-ce la spiritualité, un chemin personnel, comment ça fonctionne etc… Et ce matin, voici donc une tentative de mise en forme de mon sujet d’étude de la semaine passée.

En voilà une question bien compliquée ! Tout le monde vous le dira… Maintenant, vous êtes-vous seulement déjà demandé pourquoi c’est compliqué ? Peut-être pas, alors voici une réponse toute plate : la question du mentor est une question « à tiroirs ». En fait c’est une question biaisée, souvent pas la vraie question que vous vous posez. Je vais tenter de clarifier en quelques points, mais ça reste très intrinsèquement lié (donc difficile à séparer).

Qu’est-ce qu’un mentor en soi ?

Tout et rien à la fois.

En fait le premier souci c’est le vocabulaire. Concrètement c’est quoi un mentor ? Et bien il faut considérer une commode, et chaque tiroir est une définition différente du mentor. Il n’y a pas vraiment d’absolu, d’une part il y a le fait qu’on confond plusieurs mots comme par exemple « maître », « mentor », « professeur », (« guide » parfois aussi) et d’autre part il y a le fait qu’un même mot (mentor donc) recouvre plusieurs choses. Le fait que plusieurs personnes exprimant le besoin « je cherche un mentor » parleront de choses différentes. Pourquoi ? Parce que chacun d’entre elles sera différente, et aura un besoin différent (notamment en fonction de son chemin personnel, de ses acquis, de ses lacunes etc).

Alors on recommence, qu’est-ce que vous attendez d’un mentor ?

Les vraies questions qu’il faut vous poser sont les suivantes : qu’attendez-vous d’un mentor ? Ce sont ces réponses qui définiront votre définition (temporaire, en situation) du mentor que vous chercher.

  • Avez-vous besoin d’être guidé dans vos recherches, dans vos connaissances théoriques ? Besoin de méthode ? => peut-être qu’il s’agit donc plus d’un  mentor-guide, d’une sorte de professeur
  • Avez-vous besoin d’apprendre des connaissances de quelqu’un de plus avancé dans un domaine précis ? => à nouveau, plutôt mentor-professeur
  • Avez-vous besoin d’un de quelqu’un pour vous « apprendre » des « pratiques », ou accompagnateur pour votre pratique ? => ici en mentor-encadreur, un professeur si on veut
  • Avez-vous besoin de ne pas pratiquer seul, d’être à plusieurs ? => songez à trouver un groupe (cercle) de pratique près de chez vous pour trouver un cadre, ou de vous inscrire à des ateliers de pratique (selon ce qu’il y a chez vous, ou vous déplacer ailleurs dans votre pays)
  • Avez-vous plutôt besoin d’échanges autour de vos expériences, d’une sorte de « retour » ? => ici vous avez besoin d’une confrontation extérieure, d’un enrichissement, et vous pouvez vous orienter votre un groupe de pratique (cercle), ou vers des forums, et des correspondants

Je pense que maintenant vous voyez où je voulais en venir, et vous pouvez voir où vous vous situez, ou continuer à décliner encore les possibilités. Vous vous rendrez alors compte de la multiplicité : parfois vous chercher un mentor-guide, parfois un mentor-professeur pour vous apprendre, un mentor-encadrant dans les moments délicats…. parfois vous pouvez trouver la réponse à vos besoins là où ne l’attendiez pas : un ami par correspondance, un ami près de chez vous pour pratiquer, un groupe… Ceci engageant une expérience à partager, et pas forcément une image auréolée (mentor) qui peut être dangereuse parfois.

Pourquoi considérez-vous avoir besoin d’un mentor ?

Quelques questions pour vous donner des pistes :

  • Vous sentez-vous perdu ? Que pouvez-vous faire pour ne plus l’être ? Avez-vous nécessaire besoin d’un « mentor » ?
  • Vous sentez-vous en difficulté ? Quelles sont-elles, et pouvez-vous y remédier seuls ?
  • Est-ce que les personnes autour de vous n’accepteraient pas de discuter avec vous ? De pratiquer avec vous ?
  • Y a-t-il d’autres moyens d’acquérir de l’expérience ?

Si j’ai vraiment besoin d’un mentor, comment le trouver ?

Cette partie est la plus ardue, et malheureusement je n’ai pas encore trouvé la réponse (car je cherche encore moi-même dans certains domaines ;)). Bêtement, j’aurais envie de dire que le net est un outil formidable. Le mouvement « païen » étant éclaté, je crois qu’il y a eu très tôt ce besoin de se retrouver, de communiquer à distance etc. Du coup sur le net, en cherchant bien, vous pouvez trouver mille ressources pour vous orienter vers un « mentor ». Mais c’est une quête bien difficile, autant être prévenu.

A éviter : aller sur des forums et poster un topic « je cherche un mentor, qui veux bien m’enseigner ? » Pourquoi ? a) Vous allez faire fuir les bonnes âmes en montrant que vous ignorez les principes de bases de toute prudence. b) Vous allez attirer (potentiellement) l’inverse de ce que vous cherchiez : de faux « mentor » avides de pouvoir personnel, des sectes, etc. C’est vraiment l’inverse qu’il faut faire : ne pas attendre que le maître vienne à vous mais aller au maître. Vous montrez volontaire, mais surtout, chercher, chercher, vous renseignez au maximum, même quand vous pensez avoir trouvé la bonne personne il faut encore être prudent : car les apparences peuvent être trompeuses.

Quelques pistes :

  • Aller sur les grandes passerelles inter-traditions ou réservées à des traditions, cherchez-y des calendriers de conférences, d’ateliers, tous événements où peuvent se présenter des gens compétents (plus ou moins connus)
  • Avoir fait des lectures intenses pour être capable de déceler des noms d’auteurs fiables, avoir des connaissances minimales afin de déceler ce qui est sérieux ou pas
  • Surfer sur des blogs, des groupes FB, pour trouver « par hasard » (ou recoupements) d’autres événements non répertoriés sur des calendriers généraux
  • ….

Et oui, là vous vous dites « mince alors, c’est compliqué, et ça demande du temps… » C’est le cas. Après tout ça fait partie d’une démarche spirituelle, à vous de voir si vous voulez faire les choses à moitié ou pas.

Questions d’éthiques

Je rajoute un point important, de sortes de « mise en garde », des choses que vous ne devez pas oublier dans votre recherche.

Vous

Ne pas oublier que vous êtes responsable de vous même, et responsable tout court. Dans cette démarche, vous devez être :
– actif (et non passif) dans la recherche et pendant l’enseignement
– lucide, faire un exercice intense de votre sens critique (à votre sujet, et au sujet du mentor)
– prêt à écouter, prêt à être « l’élève »
– prendre garde au piège de la dépendance (le but est de vous apprendre à être autonome)

Et surtout : être bien ancré en vous même et sortir des fantasmes du « Mentor » avec un grand M, qui vous impressionne, vous hypnotise par si Ô combien grand savoir etc. Vous ne devez pas lui conférer une autre influence sur vous que celle d’être un enseignant, vous ne devez pas l’idéaliser et encore moins l’idolâtrer. Cela met en question la santé de votre ego et celui de votre maître, et cela évite les pièges des charlatans et sectes.

Votre mentor

La question de l’argent reste un point à part, très délicat, que je ne discuterai pas ici. Mais personnellement, j’ai tendance à préférer les échanges « simples » qui engagent comme seuls échanges les énergies des 2 personnes. Maintenant, il existe des ateliers de pratique payants (à des prix « raisonnables ») qui sont très bien. Et certains font d’un tel apprentissage leur métier.

La question de l’influence du mentor : un mentor très connu ne doit pas profiter de sa situation pour aucune raison (vous soutirer de l’argent, vous garder sous sa coupe, vous rabaisser etc).

La question de la supériorité : la supériorité du mentor réside uniquement dans son expérience et sa maîtrise, mais cela se cantonne à ce domaine. Il n’est en rien supérieur à vous, au contraire, il travaille constamment sur son humilité. Il n’y a pas à vous rabaisser, vous n’avez pas à vous écraser. Tout cela doit entrer dans une grande éthique =>

La question de l’éthique : vous devez savoir comment il travaille, quels sont ses idéaux, ses codes, ses buts… Le mentor doit être constamment en train de se remettre en question sinon il ne pourrait pas avancer.

La réciprocité : vous devez aussi avoir en tête que c’est un travail d’équipe. Le mentor est là pour vous aider, mais il ne doit pas faire le travail pour vous (d’où le point « être actif »). Aussi, il apprend de vous autant que vous apprenez de lui.

(cette partie finale sera à compléter avec le temps, je sens qu’il manque quelques éléments…)

D’autres réflexions sur la toile :

http://sarenth.wordpress.com/2011/04/17/thoughts-on-finding-a-mentor
http://witchofforestgrove.com/2011/04/21/teacher-myth/ => A-t-on réellement besoin d’un mentor ? Pas si sûr !

La pratique wicca

C’est avec grand plaisir que je lance les premières pistes du dossier de réflexion sur la Wicca. Lune se prête très gentiment à un jeu de questions/réponses pou fournir les premiers éléments. J’invite tous les wiccans qui passent par ici à répondre à la suite eux-même ou à me contacter.

Valiel : Quel est le but de la pratique wicca ? Est-ce plus une pratique dévotionnelle, ou plus une pratique sorcière ? (cf l’éternelle question, la wicca est-elle une religion ou une spiritualité ou une pratique?)

Lune : La Wicca est un culte à la nature. C’est aussi une religion à mystères, on y retrouve d’ailleurs les grandes caractéristiques de tout culte de ce type : initiations successives aux mystères, révélation personnelle de la nature secrète de la divinité, liberté, jurements, espoir pour l’aprés-vie.

La Wicca est un système sorcier, c’est-à-dire qu’il est à la fois magique et spirituel. À travers des rituels solaires et lunaires, ses adeptes célèbrent la nature, ses cycles et ses dieux sous les traits principaux d’une Déesse et d’un Dieu. La magie se pratique surtout lors des Esbats, pendant la pleine lune, lorsque la Déesse est invoquée dans le corps de la Prêtresse. Car c’est Elle qui enseigne la magie à ses « Enfants ». Elle peut également être invoquée lors de certains Sabbats.

Quand on étudie et pratique la Wicca telle qu’elle a été créée et transmise par Gerald Gardner à travers notamment son Livre des Ombres, ses grands buts et idéaux ressortent nettement, particulièrement à travers la Charge de la Déesse, qui est une invocation centrale au sein du culte : Bonheur, Amour, Sagesse, Connaissances, Liberté, Félicité, Joie, Extase, Plaisir, Fertilité. Et y pour parvenir, les huit sentiers sont utilisés et les rituels sont construits de façon à travailler sur soi-même (ombre, anima/animus, etc.).

Nouvel espace sacré, hail Sarasvati !

En attendant des articles plus conséquents, voici la dernière news du moment.

Un nouvel espace sacré vient d’être inauguré ! Pour tous les païens déjà convertis, les curieux, et autres, un lieu consacré à la Déesse Sarasvati vient d’être ouvert. J’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi ! Il vient enrichir le paysage des espaces sacrés dédiés des divinités. Pour toutes informations, présentation et autres, je vous renvoie directement là-bas. 🙂 Sachant qu’il faudra être patient avec ce tout jeune lieu de recueillement, qui est en construction.

Rejoignez-le site ici : http://sarasvati-devi.be/index.htm

Absence

[Mise à jour]

Un petit mot ici pour prévenir: je serai absente jusqu’à Lundi prochain, et de manière générale je suis moins sur le net à cause de mes études, car la date de rendu du mémoire approche et je piétine (sans parler de tout ce que j’ai à faire à côté T_T). Donc je prends un peu de temps pour moi pour me reposer, j’espère aussi travailler dans les trous quand on n’aura pas quelque chose de prévu. Une super réunion entre païenne prévue également. Tout est au poil. Et quand je reviens, ça sera compliqué car « rentrée » (même si une petite semaine ne donne pas forcément l’impression d’être en vacances même quand on travaille tout le temps), et je serais en plein dans les cartons, en croisant les doigts que les travaux soient finis enfin pour emménager….

Voilà ! Donc c’est normal si c’est tout silencieux. Mais j’ai tout de même des choses pour vous en préparons, des traductions, et des articles. Simplement tout ça tourne au ralenti.

Présentation du projet

Bonjour à tous !

Un petit mot rapide pour vous parler de ce projet. Parmi les gens qui suivent le site/blog, il y en a qui en avaient déjà entendu parler car je comptais faire un dossier spécial Hors Série pour Altar. Seulement voilà, c’était trop conséquent, je n’ai pas pu le faire quand j’y étais encore et avant la grande « pause » du zine. Comme j’ai complètement refait « la Voie des Dieux » dans un but vraiment didactique et de partage, je me dis que le mieux serait de le publier ici. Du coup vous avez peut-être remarqué l’apparition des catégories « Dossiers » avec des sous-parties pour chacun. Désormais vous pourrez voir la partie « Pèlerinage et lieux sacrés« . Je pense que le mieux pour moi sera de le faire en petit morceau, il y a aura plusieurs articles en fonction de comment j’avance mes recherches.

Et si je viens ici alors que je dossier est vide, c’est parce que je souhaite passer un appel à témoins ! J’aimerais rassembler ici des expériences diverses que vous avez faites.

  • Quelle a été l’expérience la plus marquante que vous avez faite du sacré d’un lieu ?
  • Quel lieu sacré reconnu avez-vous visité, et qu’avez-vous appris là-bas ? (quelle expérience du sacré, quelles réflexions etc)
  • Quelle expérience marquante du sacré avez-vous fait dans un lieu « non reconnu » ? Qu’avez-vous appris ?
  • Qu’est-ce qu’un lieu sacré ?
  • Qu’est-ce qu’un pèlerinage, pourquoi en effectuer un ?
  • Avez-vous déjà fait un pèlerinage vers un lieu sacré ? pouvez-vous nous raconter ?

Je suppose qu’on pourrait continuer longtemps comme cela, je souhaitais simplement vous guider, vous donner des pistes. Contactez-moi par mail : valiel [at] laposte.net

Féminitude – l’Union d’Amour

Méditation sur une deuxième Lame du Féminitude, l’Union d’Amour. Merci d’en respecter la propriété.

« Voilà la puissance d’une union forte, remplie d’amour et de respect. L’un et l’autre apportant son énergie pour un couple équilibré et fort, qui rayonne d’harmonie et de bonheur. Une entité nouvelle, deux êtres dans un être, et pourtant chacun sa liberté et sa volonté. C’est pour marcher ensemble et se soutenir, pour donner, pour chérir…. C’est un nouveau soleil fertile qui apporte la vie et le sourire. Laisse-toi envahir par cet amour sain. Tu es toi, tu es lui, tu es « vous », envahie d’un bien être et d’une stabilité gagnée. Ressens cette nouvelle force en toi et sa puissance créatrice. »