La magie animale I – théorie

[Publié pour Altar 2009]

La magie animale est une discipline finalement assez peu répandue, méconnue, bien qu’elle soit l’une des plus accessibles qui soient. En effet on lui donne rarement un nom, sachant que celui de « magie animale » n’est pas vraiment exact, car cela la détache d’un contexte concret, lui donne un aspect « opératoire » (rituellique) qui ne lui est pas premier. En réalité elle fait partie des disciplines dites « chamaniques » : celles qui prennent directement source dans la vie et ne s’apprennent non pas dans les livres mais directement auprès de la Nature, dans la pratique, délivrant de fait une grande autonomie.

Qu’est-ce que la Magie Animale ?

Certains, en entendant le notion de magie animale, penseront automatiquement au chamanisme. C’est assez galvaudé, mais ça n’est pas faux. Certaines anciennes spiritualités, certaines cultures, mettent l’accent sur la présence d’animaux, et le chamanisme est réputé pour cela. On parle de clans, de groupes, de familles, qui sont identifiées par un totem animal, parfois trace mythique d’un ancêtre originel animal. En réalité, la plupart de anciennes cultures possédaient cet aspect. On se rappelle de Levi Strauss qui étudiait les totems d’Océanie notamment. Mais c’est valable en Afrique, en Europe chez les peuples celtes, mais aussi chez les peuples du nord, en Sibérie… Ce sont en réalité toutes des religions de la Terre, extrêmement proche de la Nature qui était leur environnement direct de vie, source de nourriture, d’abri, mais aussi de dangers.

Je vous renvoie volontiers à l’excellente introduction de Carr Gomm pour l’Oracle Druidique des Animaux (Druid Animal Oracle)

Paradoxalement, il est à la fois simple et ardu de définir la magie animale : elle est aisément délimitable, descriptible dans ses pratiques, et en même temps est très vaste, complètement malléable, donc difficile saisir. Mais je vais essayer de vous montrer à quel point on peut franchir le seuil facilement, ensuite il s’agit d’explorer le monde qu’elle constitue. La magie animale consiste à étudier nos confrères les animaux, être en relation directe (plus ou moins en fonction des exercices) avec eux pour apprendre de leur sagesse et de leurs connaissances. Les animaux ont en effet des instincts et peuvent nous apprendre à développer et à écouter nos intuitions, à vivre au plus près de notre environnement, en harmonie. Par l’étude de leurs caractéristiques, de leurs comportements, la magie animale nous montre le fonctionnement même de la vie par des multiples exemples de ses schémas. Protection, sacrifice, travail, persévérance, hostilité, maternité, … Certains la rapprochent de la symbolique archétypale, en distinguant dans notre environnement (humain) des comportements analogues à ceux des animaux, notamment dans le milieu professionnel, pour dresser des profils (ex : compétitif ou inhibé). C’est à la fois un apprentissage de connaissance du monde et des autres, mais aussi de connaissance de soi, par reconnaissance, introspection, et rééquilibrage des énergies parfois – un travail qui peut faire penser à la pratique avec les éléments. Cette dernière facette, le travail sur soi, est souvent la plus connue, la plus mise en avant à cause de l’effet « de mode » des animaux totems et des guides.

Cette discipline est donc double, car elle est à la fois savoir et pratique, instrument de connaissance et expérience. Elle est d’abord une base, un socle de savoir sûr, que l’on peut se constituer soi-même en toute autonomie. La personne qui souhaite se lancer peut effectuer des recherches bibliographiques sans trop de soucis, car les bibliothèques regorgent de livres sur les animaux, qui plaisent beaucoup à la jeunesse souvent. Aujourd’hui, internet permet également de trouver bons nombres d’informations, et surtout des photos, des vidéos et des enregistrements sonores, le grand plus que n’offre pas les livres. Il est donc possible de voir des animaux rares qui ne sont pas de nos régions. Mais cette discipline est d’autant plus accessible que nous n’avons qu’à ouvrir les yeux : dans son jardin, dans un parc, dans la rue, il suffit d’aiguiser son œil pour arriver à faire attention aux petites bêtes qui nous entourent, apprendre à repérer leur arrivée selon le temps, l’habitat, la présence d’autres êtres ; de prêter attention aux sons qu’ils produisent et à leurs significations (chant, alerte etc.) ; regarder ce qu’ils mangent, comment il se comporte seul ou en groupe, …. C’est une mine infinie de savoirs. A côté de cela, la magie animale est également un instrument de pratique, qui va des choses les plus simples, aux expériences plus profondes et complexes. On commence d’abord par l’observation active, parfois appelée « chasse silencieuse » (JM Wood) : contrairement à l’observation passive avec pendant laquelle vous vous contentez de collecter des informations, l’observation active mobilise tous vos sens. L’odorat pour capter les odeurs de l’animal du milieu ; l’ouïe pour détecter les sons produits par l’animal, qui vont des cris aux bruits des pattes sur le sol (qui diffèrent en fonction de la nature du sol) ; le toucher pour éventuellement l’approcher et le prendre dans vos mains, le caresser, mais parfois pour imaginer simplement la texture des plumes, ou pour sentir l’environnement (le chaud, le froid, l’humidité etc.) ; et la vue, cela va de soi. Ces expériences très concrètes nourrir votre inconscient pour permettre de resurgir lors d’expérience de shapeshifting [encart sur le shapeshifting ?]. Quand on n’a pas l’occasion de sortir, que l’animal n’est pas de notre région, que ça n’est pas la saison, on utilise la visualisation/méditation pour effectuer un rencontre « similaire » à partir des informations, des données photographiques (éventuellement vidéos et sonores) que l’on a apprises : on reconstitue alors le milieu, l’animal en 3 dimensions, on « ressent ». De la même façon on utilise les rêves, à la différence qu’ils sont de trois types : les rêves lucides, qui sont donc proches de la méditation ; les rêves provoqués, par une prière, une intention magique, vous avez décidé qu’ils se produiraient, mais vous n’en maîtrisez pas le cours ; les rêves involontaires, vous ne savez ni quand, ni comment… vous êtes passifs (sans aucune notion péjorative, ils sont très instructifs). Finalement, le plus complexe reste le voyage chamanique, qui demande une certaine expérience, afin d’éviter bien des dangers et d’être maîtrisé : on se sent dans un des trois mondes pour y voir des rencontres. L’expérience de shapeshifting est au carrefour de ces trois domaines, elle peut survenir dans ces trois réalités.

Jan-Morgan Wood est l’auteur du fameux « Guide Pratique du Chamanisme », malheureusement très mal traduit en français. Il me semble avoir vu ce concept de « chasse silencieuse » ailleurs mais je n’avais que cet auteur en tête

Voici quelques pistes pour explorer la symbolique des pistes que vous trouverez :
– Pensez que les animaux sont distingués en de nombreuses classes : on pense toujours aux mammifères mais ils n’y a pas qu’eux : les oiseaux, les insectes, les reptiles… Entendez ces distinctions à tous les êtres vivants qui nous entourent et regardez les caractéristiques. (un ex : la gestation)
– Pensez que le régime alimentaire change : l’animal que vous étudiez est-il un carnassier, un herbivore, un frugivore, ou un omnivore ?
– Demandez-vous si l’animal est aquatique, aérien, terrestre ? Il y en a aussi qui ont une symbolique du feu, comme la salamandre.
– Est-il plutôt solitaire, ou bien vit-il plutôt en meute ? Est-il farouche ?
La liste serait trop longue pour la dresser plus longtemps, mais cela peut vous donner une idée. Mais vous voyez donc que cette discipline est complète, car elle est à la fois envahie de symboliques très puissantes, et en même temps elle a ce caractère extrêmement concret lié à la vie et à l’expérience.

De la même façon, voici des pistes sur les multiples techniques et exercices pour travailler, que l’on peut utiliser avec nos différents guides / alliés / totems ou simplement pour en apprendre plus les certains animaux (recoupant ce que l’on a vu plus haut et élargir) :
– Rendre visite aux alliés ou se connecter aux animaux par ne visualisation/méditation
– Rendre visite aux alliés ou se connecter aux animaux à partir d’un objet physique symbolique (os, dent, poils, écaille, aile, ou bien un dessin…)
– Le chant médecine, la danse médecine
– Faire un sac médecine spécial pour nos alliés animaux
– Faire un bracelet, un collier, un bijou
– Visualiser avec des couleurs, des images, des symboles
– Dessiner, peindre, faire des collages, des sculptures : créer
– Chercher des informations : milieu de vie, caractéristiques physiques (taille, couleurs, peau/pelage, dentition, etc), caractéristiques de l’espèce (gestation, nourriture, …), des légendes/mythes (toutes nationalités confondues), /// comment détecter sa présence, quel est son rythme/cycle de vie, que mange-t-il, quels cris, quels prédateurs, quel environnement, quel habitat (nid etc), quelles qualités/compétences, quelle vitesse de déplacement, quelle façon de se déplacer, migre-t-il, quel rapport aux saisons…
=> Dresser des fiches personnelles, des dossiers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s