Review « Dicts du Druide Cadoc »

Auteur : Philippe Camby
Editeur : Terre de brume
ISBN : 9782843620263

Disponible un peu partout très facilement. Voici ce Morgane Lafey en dit :

Trente-trois textes aphoristiques base de l’enseignement druidique.
Un trésor de sagesse…

A lire sans cesse !

Quatrième de couverture : Parfois on présente Cadoc comme un simple chevalier, fils de Gwynlliw, soldat, seigneur de Gwynllwg en Glamorgan. D’autres traditions en font un savant religieux, fondateur des écoles de Caerlleon-sur-Wysg, de Llancarfan (dont il aurait été l’abbé) et de Llanilltud Fawr. Il incarne tantôt l’un des trois sages, tantôt l’un des trois poètes, tantôt l’un des trois juges du grand conseil d’Arthur. Il apparaît en effet, à deux reprises dans La vie de Saint Cadoc telle que l’a rédigée Llefris de Llancarfan. Une première fois, il convoite la mère de Cadoc ; une autre fois, il réclame une compensation démesurée pour la perte de l’un de ses guerriers et le druide, poète et sorcier transforme en touffes de bruyère le bétail convoité. Faut-il admettre une pluralité de Cadoc : un abbé, un barde païen, un juge du grand conseil d’Arthur, un druide ? En méditant ses dicts, le lecteur fera son opinion.
À cette nouvelle édition (2008) des désormais classiques Dicts du druide Cadoc (2001), on a ajouté les fables attribuées à Cadoc par Iolo Morganwg, dans ses Iolo Manuscripts, sous le titre : Fables de Cattwg le sage, fils de Gwynlliw, fils de Glywys, fils de Tegid, lui-même fils de Cadell Devrnllwg. Quelques uns de ces documents se retrouvent dans la collection d’Owain Myvyr.

Les fables de Cadoc ont été traduites par Liza Bassetti et Philippe Camby.

Mon avis : C’est très court comme formulation (celle de Morgane), mais c’est vrai que c’est difficile d’en dire plus. Ce sont des petites paraboles qui concentrent des pensées, questions, sur toutes sortes de situations. L’introduction est très intéressante, parce qu’elle montre par delà la récupération chrétienne de Saint Cadoc un fond clairement Celtique. Pour des gens qui ne sont pas familiers à la pensée des Anciens, ça peut être déroutant, mais c’est à lire au moins une fois. Au niveau de la facture : soyez conscient que c’est un tout petit bouquin ! Très peu de pages, mais une bonne introduction, une belle couverture. Et pour qui s’intéresse à ce genre de choses, le contenu n’a pas de prix. C’est une super piste pour faire des recherches sur la façon de pensée druidique/celtique. C’est comme un recueil à méditer continuellement. Pour les autres…. ne soyez pas frileux, mais je suppose que le prix vous étonnera si ça n’est pas votre domaine/priorité.

Extrait :

Conseils que Cadoc donna à son élève Taliesin, chef de poètes, avec sa bénédiction (CXVIII)

Avant de parler, considère : premièrement ce que tu dis ; secondement pourquoi tu le dis ; troisièmement à qui tu le dis ; quatrièmement de qui tu le dis ; cinquièmement ce qui résultera de ce que tu dis ; sixièmement quel bien proviendra de ce que tu dis ; septièmement qui écoute ce que tu dis.
Mets tes paroles sur le bout de ton doigt avant de les dire, et tourne les de ces sets manières avant de les exprimer, et alors aucun mal ne viendra jamais de tes paroles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s