Petit cours d’esprit critique

Vraiment une excellente vidéo qui ne résume pourtant que quelques faits. C’est un peu long, mais c’est parce qu’il donne l’exemple d’une conférencière au salon de la parapsychologie. Et autour de ça, il décortique plusieurs exemples. C’est extrêmement didactique. A mettre entre toutes les mains.

Quels sont les illusions, faux-arguments poudre aux yeux que le New Age vous envoie à la figure pour vous faire gober tout et n’importe quoi ? (l’exotisme, le c’était mieux avant, ….) Quid des arguments de vente issus de ce type de discours, justement parce que vous êtes « endormis » et qu’on vous pousse à l’achat ?

Comment utiliser internet facilement pour vérifier des faits ? Qu’est-ce qu’une source fiable ou non ? Observer la logique, ou l’absence de logique d’un argument.

Bref, ou comment ne pas être passif face à ce qu’on nous présente comme étant une information « vraie », « scientifique » ou autre. Valable pour tout d’ailleurs… Le New Age, les chaînes sur les alternatives santé, les actualités…

Review des Tree Wisdom Cards !

Bonjour à tous,

J’ai le plaisir d’avoir enfin trouvé le temps d’achever ma petite présentation de mon dernier oracle (aciquis) : les Tree Wisdom Cards. Comme certains d’entre vous aiment beaucoup les vidéos, je poursuis l’aventure, mais j’ai fait vraiment court cette fois (8 min), pour une présentation rapide. Les informations sont condensées dans la review écrite, puisque c’est toujours ainsi que je conçois mes reviews. Pour découvrir ça, c’est par ici ! Dans peu de temps, j’espère, je voudrais également parler de plusieurs méthodes d’approche que j’ai développées avec ce jeu.

Enregistrer

Deux petits tirages traduits

Je réfléchis beaucoup en ce moment, et j’ai pas mal de choses à dire, mais reste encore à les sortir, à les mettre correctement en mots, à trouver le temps, etc. On verra ce qu’il en sort, mais, en attendant de pouvoir partager notamment mes derniers travaux créatifs et « tarotiques » avec le Tree Wisdom Cards et la review correspondante, voici des petites idées simples de l’auteur que je trouve très rafraîchissantes. Accessibles et très parlantes pour les travaux quotidiens ou à la semaine. C’est par ici (cliquez).

De l’importance de gérer ses peurs

Article très court sur le nouvel événement qui nous accable. Juste un rappel. Par contre, un très bon article plus long y est indiqué pour comprendre ce dans quoi nous sommes engagés.

L'Antre de Morrigan

Je n’ai pas la force, l’énergie, ni le temps de proposer un texte personnel et un peu réfléchi sans remâcher les idées déjà répandues sur le sujet. Mais je trouvais important de rappeler brièvement ces essentiels étant donné ce qui vient de se produire, à nouveau.

La peur n’est pas un défaut. La peur peut être utile. Elle est utile quand elle nous apprend sur nous-mêmes, notre histoire, nos blessures, notre inconscient. Elle est utile quand elle nous fait garder les pieds sur terre sans partir dans un fantasme, fut-il au sujet d’une personne ou d’un projet (en bien ou en mal). La peur peut servir de garde-fou, de balancier, et aussi de perche d’équilibriste pour traverser le fossé, quand elle est notre motivateur, notre adrénaline (un peu comme le stress). Mais pour cela il faut travailler avec elle. Vous le savez, dans les combats anciens, la peur jouait un…

View original post 263 mots de plus

Nouveau cycle de dévotion

Des tests pratiques du côté dévotionnel, pour honorer Morrigan.

L'Antre de Morrigan

C’est décidé, je tente autre chose, encore. Comme je l’ai expliqué il y a quelques temps sur mon blog principal, mon « cheminement » (si c’en est encore un) a pris une drôle de tournure. La distance, le manque d’alignement… tout résiste. Tout est silencieux.

Mais après des questionnements nombreux, déchirés, sans réponse, j’ai essayé de repasser à l’action, de tenter des choses. Rien ne marche jusqu’ici, autant dire que je suis dépitée. J’ai confié mes doutes à quelqu’un qui me renvoie souvent le miroir de la Déesse sans le savoir, que je remercie toujours. Bien que je reste lointaine, brève, je me suis laissée aller à exprimer mon déchirement, voire mon désespoir. Mais comme toujours, je répète aussi que je n’ai pas abandonné. Encore un peu, j’attends, je vais voir. Je vais essayer. Puis, comme c’est également souvent le cas, je toque à la porte de mon confident pour ce genre…

View original post 944 mots de plus

Solstice d’été 2016

Le temps est vraiment différent ici, et la terre, je l’ai déjà mentionné. Les fêtes de l’année ne ressemblent pas vraiment à celle d’Europe, ni dans les énergies, ni dans les dates. Beaucoup sont passées « à la trappe », avalées dans un continuum, peut-être n’existant pas ici, peut-être ayant été tellement différente avec d’autres symboles et d’autres noms que je ne les ai pas reconnus. Mais bizarrement, le solstice d’été, lui, me parle.

Je ne ferais probablement rien de « païen », car je manque de contacts et d’un groupe. Parce que je n’ai pas encore trouvé d’endroit dans cette ville qui soit propice pour communier en extérieur. Par contre les énergies sont bien là, depuis déjà quelques temps, et à leur pic hier et aujourd’hui, avec les 40°C, les coups de soleil rien qu’en marchant dans la rue sur un court trajet, et la tempête du soir, le vent fort, la pluie, l’orage. La seule chose que je voudrais essayer de faire, c’est de m’aligner avec ce flux, et de l’utiliser pour la transition que je vis. Peu importe qu’elle soit violente, comme l’orage, comme les archétypes et les Dieux qui y sont associés, on se sent mieux après. Si j’arrive à m’aligner, je pourrais mieux manifester mes besoins dans ma vie au quotidien. Je suppose que certains appellent juste sorcellerie, d’autres psychologie etc…. Quoiqu’il en soit, l’heure à la purification. J’essaie d’identifier les cycles dans lesquels je me trouve, dans mon « étape de vie », sur mon chemin spirituelle, etc. Tout concorde. Déracinement de la terre, déracinement spirituel, pertes des repères, retour à zéro, traversée du désert, silence de l’Autre Côté, traversée des Ombres et de l’Enfer intérieur…

Après avoir déménagé 3 fois en 2014, en l’espace de quelques mois, cette année subit un rythme un peu similaire. Déménagement en septembre dernier, puis cette fin de semaine, et à l’automne prochain ça sera rebelotte. Du coup, je trie mes affaires en pensant au retour, ce qui sera de trop, mais ce dont j’aurais besoin entre temps, …. C’est l’occasion d’observer comment je fonctionne, comment j’accumule : matériaux de dessin, matériaux de récupération, pochettes et cartons pour renvoyer des colis moins chers, pots pour les conserves, bouteilles pour les soupes / boissons, papiers et dépliants d’information (nouvelle ville, nouvelle vie, forcément), les carnets de compte, dessins, cahiers d’écriture, fiches de tirage, …. Qu’est-ce qui est vraiment utile ou pas ? Qu’est-ce qui peut être récupérer plus tard en recommençant à zéro ? Qu’est-ce qui peut être jeté ? C’est le moment de me demander tout ça. Or, cela va de pair avec tout ce qui j’essaie de mettre en place dans ma vie depuis 5 mois. Tout changer. Je n’ai pas pris la voie facile, parce que j’avais prévu de changer plusieurs choses en même temps, or détruire d’anciennes habitudes et en créer de nouvelles c’est vraiment long et décourageant si on prend trop à la fois. Mais je n’avais « pas le choix », à mes yeux. Je voulais vraiment autre chose, j’y suis allée… un peu bourrin.

Ancrer des habitudes et des trucs pour m’aider. Des exercices d’étirement et de relaxation. Reprendre la marche. Méditer tous les jours 10 minutes au moins (le soir souvent), entre deux phases de travail si possible, ça aide beaucoup. Ecriture régulièrement. Revisiter mon planning, toute ma façon de gérer l’emploi du temps. Revoir les heures de coucher, les heures de lever, les heures de travail, les lieux de travail. Revoir toute ma façon d’écrire mon organisation, papier ou informatique, mois ou semaine, ou les deux, mais quels thèmes, quelles listes par types, quelle quantité d’items, revoir les activités avant le coucher (si possible lecture sur papier et pas ordinateur, si possible 1 heure avant le coucher…), les activités « extra » qui plaisent vraiment, sur lesquelles on a envie d’investir du temps, revoir la liste des priorités, au boulot, et pour soi, dans la vie… Élaguer, élaguer, élaguer. Gérer le stress et la maladie. Gérer le vide que l’on crée, la perturbation de la nouveauté, l’angoisse du vide. Se laisser porter, continuer de se demander ce que l’on veut vraiment, comment remplir ce temps etc. C’est une énorme quantité de choses. Après 5 mois je commence à voir les progrès. Je suis encore tellement loin du but ! Mais au début c’était vraiment difficile et décourageant, on ne voit pas les résultats, ou peu. Ou trop peu par rapport aux efforts fournis. Et puis au fur et à mesure… ça commence à venir. On récolte ce que l’on sème, et alors on se dit que ouais, c’est une course de fond, mais que l’on commence à dépasser la phase où mes poumons crachotent, pour passer au rythme souple croisière.

Tout ça je souhaite le continuer. Et cela résonne beaucoup avec la purification violente de l’orage de la période de midsummer. Sentir la victoire qui émerge des efforts rudes, la coquille qui se fissure sur la foudre, la pluie purificatrice qui emporte les déchets, les débris. Je réfléchis à un petit « rituel » symbolique à faire des mes mains, comme c’est le cas souvent maintenant, une création qui capte les énergies et les mets en œuvre. Quelques idées sont venues. En plus d’essayer d’apporter un peu de clarté et de choses à méditer spécifiquement par un tirage de Solstice.

Enregistrer